Relation entre Macky Sall - PDS: La décrispation ?



Relation entre Macky Sall -  PDS: La décrispation ?

Va-t-on vers une décrispation dans les relations tendues entre le nouveau président de la République, Macky Sall et le Parti démocratique sénégalais (Pds), l’ancienne formation politique au pouvoir ? On est tenté de donner une réponse affirmative.
Le président Sall a relancé le débat sur le statut de l’opposition. « Il faut absolument donner un statut à l’opposition», a-t-il indiqué sur les ondes de Rfi. « Il faut que l’opposition ait ses droits dans la République, parce que, pour qu’il y ait une vraie démocratie, il faut de temps en temps qu’il y ait alternance. Ceux qui doivent être amenés à assumer demain le pouvoir doivent pouvoir le
faire dans les meilleures conditions. Donc, si l’on pouvait éviter cette loi du ‘tout ou rien’ : on a le pouvoir, on a accès à toutes les richesses, on a tout, on peut tout faire. On n’a pas le pouvoir, on est dans l’opposition, on a accès à rien du tout. Tant que nous sommes dans cette dichotomie, évidemment, l’Afrique n’arrêtera pas ses guerres et ses conflits fratricides », a souligné Macky Sall.
En relançant le débat sur le statut de l’opposition, le chef de l’Etat semble faire les yeux doux au Pds. En effet, partant des résultats des dernières élections  législatives, le Pds est la première formation politique de l’opposition. Le parti de Me Abdoulaye Wade a engrangé environ 300 000 voix. La sortie de M. Sall vise manifestement les libéraux, des gens avec qui son pouvoir a des relations heurtées. Ces rapports ont été rendus plus exécrables par la décision du gouvernement de lancer des audits de la gestion libérale et de traquer les biens mal acquis.
La proposition du nouveau chef de l’Etat ne laisse pas indifférents ses adversaires. « Si Macky Sall le fait, le Pds ne fera que s’en féliciter. Le Pds est la première force de l’opposition si on se fie aux résultats des dernières élections. Cette mesure serait une vraie rectification en ce sens qu’une partie du pouvoir a voulu décrédibiliser l’ancien régime en le jetant en pâture et en le traitant de conglomérats de voleurs de tapis, de deniers publics », a réagi le Porte-parole du Pds, Babacar Gaye dans les colonnes du journal la Tribune.
La balle semble être maintenant dans le camp du président Sall. A lui de concrétiser ses déclarations pour espérer apaiser le climat politique et renouer le dialogue politique qui a tant souffert sous le magistère de Wade. La démocratie sénégalaise y gagne. Les citoyens aussi.


Mercredi 17 Octobre 2012 - 12:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter