Rencontre Secteur privé/Ministère de l'Economie: les acteurs du privé national plaident pour un allègement de la pression fiscale

Le secteur privé national est un acteur majeur dans l’atteinte des objectifs fixés dans le Plan Sénégal Emergent (PSE). Partenaire de l’Etat dans l’exécution des marchés et commandes publics, le privé national serait plus percutant si ses acteurs obtiennent un allègement de la charge fiscale qui plombe leurs efforts. Le diagnostic a été fait aujourd’hui dans le cadre de la journée de concertation économique et sociale avec le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan mais aussi l’ensemble des services du département d'Amadou BA.



Rencontre Secteur privé/Ministère de l'Economie: les acteurs du privé national plaident pour un allègement de la pression fiscale
Les acteurs du secteur privé national jouent une importante partition dans la mise en œuvre et l'exécution du PSE. Et, pour ce faire, l’Etat doit accompagner les efforts des chefs d’entreprises nationaux notamment dans l’allègement de la pression fiscale et le paiement des arriérés dues dans le cadre de l’exécution des projets.

Selon le président du Conseil national du Patronat, «l’Etat du Sénégal doit davantage aider le secteur privé national notamment dans l’allègement des charges fiscales pour accroître ses efforts de production mais aussi de compétitivité surtout au niveau des produits locaux.

Baïdy Agne salue toutefois l'état d’avancement des concertations avec les services du ministère de l’Economie des Finances et du Plan sur la mise en œuvre de la réforme liée à la Patente qui va permettre aux entreprises nationales d’avoir non seulement une part de marché assez conséquente pour dépasser les prévisions de l’année 2016 qui étaient de plus de 2000 milliards de francs CFA dans les marchés et commandes publics de l’Etat.

Listant les difficultés qui assaillent le secteur privé de l’hôtellerie, ces acteurs qui vivent des difficultés pour se relever, interpellent le ministre sur le retard lié au crédit effectif de 5% équivalent à près de 5 milliards de nos francs.

Sur ce point, Amadou BA tient à rassurer les concernés sur la volonté de l’Etat à poursuivre les efforts de redressement de ce secteur. «Un crédit effectif de 5 milliards de nos francs vient d’être dégagé par le gouvernement pour booster ce secteur mal en point. Et un montant de 2 milliards 500 millions est déjà disponible dont 500 millions déjà disponibles à la BNDE, il reste juste à définir les modalités de décaissement».

Des assurances qui n’ont pas mis un terme aux interpellations des acteurs du privé national. Les promoteurs de souligner: «Les acteurs du privé national dénoncent ce qu’ils appellent une arnaque au niveau du Port Autonome de Dakar (PAD), ce qui n’encourage pas un secteur privé national fort». 


Présidant cette journée de concertation économique et sociale avec le secteur privé national, la deuxième du genre, Amadou BA leur fait savoir que leurs interpellations vont être remises à qui de droit.  

Au grand complet, les acteurs du privé national conduits par le président du conseil national du Patronat (CNP), ont ainsi fait le tour de toutes les questions qui bloquent l’essor de ce secteur.  
       
 
 
 


Vendredi 13 Janvier 2017 - 13:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter