Reportage : les ordures à Dakar, les populations entre promesses des autorités et vie empoisonnée.

Le débat autour de l’argent des ordures est toujours d’actualité. Malgré tous les efforts, la situation d’insalubrité est jugée difficile et insupportable pour des habitants de certains quartiers de Dakar. Pour le moment des autorités locales promettent d’y trouver des solutions.



Reportage : les ordures à Dakar, les populations entre promesses des autorités et vie empoisonnée.
Sur la rue 22 X 37 du célèbre quartier de la Médina dans la ville de Dakar, sur cette rue partout se trouvent des eaux noirâtres versées par terre et mélangées à des saletés dans tous les coins. Aux alentours, des ordures sont contenues dans des sacs, des seaux en fer ou dans de grandes bassines en plastique. A coté de ces récipients remplis de saletés, une partie est déversée par terre. Ces saletés dégagent une odeur nauséabonde dans l’air qui rend difficile la respiration des habitants et des passants. Des eaux versées sur toute la rue d’un bout à l’autre en allant vers le crédit mutuel de Sahm, proviennent des canalisations en mauvais état ou des fosses d’évacuation d’eau de certaines maisons.

En allant vers le marché Tilene, le constat reste le même. Dans les quartiers environnants comme la Gueule Tapée ou Fass les ordures sont aussi sur toutes les rues. Au niveau de Fass Paillote, des maisons en baraques et des rues sablonneuses pleines de saletés ne donnent pas l’image d’une capitale contrairement à certaines zones comme Fann Résidence ou Point E.

Les populations ne cessent de se plaindre de cette situation qui les empoisonne la vie. Selon Ousmane Ndoye un notable d’une cinquantaine d’années résidant au quartier de la Médina « nous avons demandé aux autorités de nous venir en aide mais en vain. Au moment où je vous parle nous avons perdu tout espoir de voir la situation s’améliorer ». Le vieux Ousmane semble trouver la cause de cette situation, il parle d’un problème de financement car la mairie de Dakar à elle seule ne peut pas résoudre ces difficultés. « Changer les canalisations de la ville de Dakar coûtent des centaines de millions voire des milliards donc l’intervention de l’Etat est obligatoire ».

Même son de cloche de la part de Ndeye Mariame Kane « le statut de la capitale doit faire qu’elle bénéficie d’un traitement spécial. L’Etat doit apporter son aide aux collectivités locales pour que Dakar soit digne d’être la capitale de notre pays ».

Les autorités municipales continuent la réflexion pour une solution définitive. Le Premier Adjoint au Maire de Dakar, Mr Cheikh Gueye avance que : « la mairie a demandé aux travailleurs des ordures de faire des propositions. Nous voulons mettre en place un système moderne de collecte des ordures ménagères en prenant en compte les droits des travailleurs et les doter d’équipements solides ». Le souhait des autorités municipales est selon Cheikh Gueye « faire de Dakar l’une des villes les plus propres au monde ».



Ibrahima DIABY

Mercredi 28 Avril 2010 - 12:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter