Reportages: malgré Ebola, la vie reprend ses droits au Liberia

En Afrique de l’Ouest, le virus Ebola est toujours présent. Après avoir parlé d'un « ralentissement » de l'épidémie, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé une hausse du nombre de nouveaux cas durant la dernière semaine de janvier. Le Liberia reste l’un des pays les plus touchés, mais la vie quotidienne reprend doucement ses droits, notamment dans la capitale Monrovia, où s'est rendu Sébastien Nemeth, l'envoyé spécial de RFI.



Liberia: Monrovia se relève doucement d'Ebola

L’Afrique de l’Ouest n’en a pas fini avec le virus Ebola. L’OMS vient d’annoncer que pour la première fois de l’année, le nombre hebdomadaire de nouveaux malades recensés était en hausse en Guinée, Sierra Leone et Liberia. Ce dernier, même s’il détient le nombre de morts le plus élevé, n’a eu que cinq nouveaux malades pour la dernière semaine de janvier. On est loin des scores de l’été dernier, lorsque l’épidémie était hors de contrôle, et effectivement dans la capitale Monrovia, l’ambiance a changé.
 

Ebola: colère et abandon au crématorium de Monrovia

Il y a peu, c’était encore l’un des endroits les plus dangereux du Liberia : le crématorium de Monrovia, dans le quartier Boyztown. Des milliers de corps hautement contaminés par le virus Ebola y ont été brûlés, d’abord sur des bûchers puis dans des incinérateurs. Avec la baisse du nombre de malades, et la résistance de la population face à cette pratique, le gouvernement a stoppé la crémation automatique et ouvert un nouveau cimetière pour les victimes de l’épidémie. Mais le site cristallise aujourd’hui beaucoup de ressentiment de la population alentour.
 

Ebola recule au Liberia, mais les stigmates restent

Au Liberia, le nombre de cas d’Ebola a fortement baissé. Mais les stigmates de la maladie touchent encore profondément les familles. RFI s’est rendue dans le quartier 72nd Community, à Monrovia. C’est là que vivait Thomas Eric Duncan. En octobre, ce Libérien de 42 ans a été le premier malade diagnostiqué hors d’Afrique et le premier mort aux Etats-Unis. Tous ses voisins avaient été alors mis en quarantaine.
 

Au cœur du plus grand centre de traitement Ebola du monde

C’était le plus grand centre de traitement Ebola du monde. Elwa 3, à Monrovia, au Liberia, avait une capacité de 250 lits et employait parfois près d’un millier de personnes. Plus de 1 200 patients y ont été pris en charge. Plus de 40% d’entre eux ont survécu. Aujourd’hui, avec la forte baisse du nombre de malades, le site ne compte plus que 30 lits. Et beaucoup espèrent la fermeture du camp.
 

Au Liberia, les survivants d'Ebola invités à l'abstinence

Pour les scientifiques, Ebola recèle encore bien de mystères. L'un des problèmes est la présence prolongée du virus dans le sperme. Des études en RDC et en Ouganda ont démontré qu'il pouvait survivre dans la semence au moins 82 jours après l'apparition des symptômes. Afin d'éviter toute complication, les organismes de santé invitent les rescapés à la prudence. A Monrovia, au Liberia, RFI a rencontré un survivant d'Ebola.
 

Ebola: des footballeurs s'entrainent à nouveau au Liberia

Afin de limiter la propagation d'Ebola lors de rassemblements de foules, le gouvernement du Liberia avait interdit les compétitions sportives et les entraînements fin juillet 2014. Mais avec la baisse du nombre de cas, les autorités ont levé une partie de ces interdictions. Ainsi, dans le football, si le championnat national n'a pas repris, certains clubs jouant à l'international ont été autorisés à reprendre l'entraînement depuis le 2 janvier. Un retour à la normale assez compliqué pour les athlètes. Sébastien Németh est allé voir le BYC, le club des Barrack Young Controllers, champion du Liberia en titre.
 

Ebola: au Liberia, des frontières fermées, mais poreuses

Depuis sept mois, les frontières entre le Liberia et les pays voisins sont fermées afin de limiter la propagation du virus Ebola. Dans la ville de Bo Waterside, en face de la Sierra Leone, seules les équipes médicales et les missions diplomatiques ont le droit de passer. Mais la frontière est extrêmement poreuse et beaucoup de gens parviennent à traverser en secret.
 

Liberia: une rentrée scolaire difficile en raison d'Ebola

Depuis la fin juillet, toutes les écoles du Liberia, soit près de 5 000 établissements, sont fermées pour éviter la propagation du virus Ebola. Le gouvernement vient d'annoncer une nouvelle date pour la rentrée scolaire, désormais prévue le 16 février, soit lundi prochain. Mais en raison de l'épidémie d'Ebola, la rentrée s'annonce très difficile.
 

Liberia: des ambulances de Saah Joseph en Sierra Leone contre Ebola

C'est l'une des figures les plus connues de la lutte anti-Ebola au Liberia. Lorsque l'épidémie s'est répandue, le député d'opposition Saah Joseph a créé avec ses moyens une des plus performantes compagnies d'ambulance du pays. Avec la baisse du nombre de cas au Liberia, il a décidé d'envoyer une partie de ses véhicules en Sierra Leone voisine où le virus est encore très actif. Une initiative inédite.
 

Liberia: prostituée, un métier à haut risque avec Ebola

La prostitution est déjà un métier à risque en temps normal. Mais durant une épidémie d'un virus hautement contagieux par contact, elle devient une profession extrêmement dangereuse. Au Liberia, l'arrivée d'Ebola a terrorisé les prostituées qui ont déserté les rues le soir. Mais avec la forte baisse du nombre de malades, elles sortent à nouveau.
 

Liberia: Ebola et le casse-tête des orphelins

Depuis le début de l’épidémie au Liberia, près de 5 000 enfants ont perdu au moins un de leurs parents. L’Unicef et le gouvernement ont mis en place des structures pour les accueillir dans l’attente de leur trouver une famille d’accueil. A l’Interim Care Center à Monrovia, depuis septembre, les orphelins à risque étaient placés en quarantaine.
 

Liberia: les écoles rouvrent, mais Ebola est passé par là

Sept mois que des millions d'élèves, étudiants, professeurs et parents attendent. Ce lundi c'est jour de rentrée scolaire au Liberia. Un rendez-vous particulier alors que les établissements sont fermés depuis août pour cause d'épidémie d'Ebola. Bon nombre des quelques 5 000 établissements du pays vont d'ailleurs avoir du mal à ouvrir, comme la NV Massaquoi elementary and Junior High School.
 

Liberia: le personnel médical mieux armé face à Ebola

C’est l’un des huit hôpitaux publics de Monrovia. Ouvert en 2011, le James Davis Junior Memorial Hospital a fermé ses portes en novembre et décembre, pour cause d’épidémie d'Ebola. Depuis plusieurs semaines, Médecins sans frontières (MSF) revoit tout son fonctionnement et forme son personnel à affronter le virus. L’ONG fait appliquer l’Infection Prevention Control, un ensemble de standards internationaux d’hygiène destinés à éviter la propagation d’infections. Standards adaptés ici à Ebola. L’hôpital a rouvert le mois dernier.
 

Liberia: à Clara Town, Ebola s’en va mais la peur demeure

Le Liberia a enregistré de bons résultats dans sa lutte contre Ebola, le nombre de cas a baissé, et tout le monde espère arriver à zéro cas dans le pays prochainement. En attendant, les conséquences de l’épidémie risquent de se faire sentir encore longtemps dans la société libérienne. Reportage dans le quartier pauvre de Clara Town à Monrovia, auprès de la famille Namwé qui a perdu coup sur coup cinq membres, probablement infectés au cours d'un enterrement. Un drame qui a propagé la peur dans le voisinage.

Liberia: les ravages d’Ebola ont marqué West Point

 

Des agent de santé dans le bidonville de West Point, à Monrovia, Liberia.RFI/Sébastien Nemeth

 

Au Liberia, le virus est toujours présent, mais le nombre de cas a fortement baissé. Le quartier de West Point est l’un des plus grands bidonvilles d’Afrique de l’Ouest, avec plus de 70 000 habitants. La vie du quartier reprend avec la normalisation de la situation, même si les conséquences de l’épidémie se font encore fortement sentir.


Rfi

Vendredi 20 Février 2015 - 11:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter