République centrafricaine: une situation toujours très difficile pour les troupes d'interposition

La situation est toujours difficile à Bangui. De nouveaux tirs ont été en effet entendus dans la capitale, samedi. La mission internationale en Centrafrique (Misca) se dit donc prête à rencontrer les groupes d'autodéfense anti-balaka et même à engager avec eux une médiation pour mettre fin aux violences qui secouent le pays. Des violences qui font réagir Kinshasa : la RDC a décidé, samedi, d'envoyer un contingent de 850 hommes en RCA. Et cela, au moment où le Tchad, qui dispose déjà de militaires sur place, appelle à ne pas confondre ceux-ci avec les « mercenaires » qui ont soutenu Michel Djotodia lors de sa prise de pouvoir.



Patrouille burundaise de la Misca, le 20 décembre à Bangui. REUTERS/Alain Amontchi
Patrouille burundaise de la Misca, le 20 décembre à Bangui. REUTERS/Alain Amontchi

Alors que la situation reste toujours volatile à Bangui, avec de nouveaux tirs dans la capitale hier, le président centrafricain, Michel Djotodia a renouvelé sa proposition de dialogue avec les mouvements anti-balaka. La Misca, la mission internationale en Centrafrique se dit, elle aussi, prête à rencontrer ces groupes d'autodéfense et même à engager avec eux une médiation pour mettre fin aux violences qui secouent le pays.

 

 
Jean Marie Michel Mokoko, chef de la Misca
Nous sommes confrontés à une situation d'insécurité à Bangui. Je suis disposé à rencontrer les anti-balaka."

57___rca_son_chef_misca_gal_mokoko__1_.mp3 57_-_RCA_son_chef_Misca_Gal_Mokoko (1).mp3  (508.87 Ko)



Des enfants jouent autour d'une voiture incendiée, le 20 décembre à Bangui. REUTERS/Alain Amontchi
Des enfants jouent autour d'une voiture incendiée, le 20 décembre à Bangui. REUTERS/Alain Amontchi

La République démocratique du Congo annonce l'envoi d'un bataillon de 850 hommes en Centrafrique pour intégrer la Misca. C'est ce qu'a annoncé Kinshasa, hier samedi 21 décembre. Un effort important alors que les FARDC font déjà face dans l'Est du congo et dans la province du Katanga à des dizaines de groupes armés. Pourquoi ? C'est la question que RFI a posé à Lambert Mendé, le porte-parole du gouvernement congolais. Pour lui, la RDC est « affectée » par la situation en République centrafricaine.

 

 
Lambert Mendé, porte-parole du gouvernement de la RDC
Nos provinces sont affectées par la situation en RCA."

59___rdc_son_mende_envoi_troupes_rca.mp3 59_-_RDC_son_Mende_envoi_troupes_RCA.mp3  (423.37 Ko)



Dépéche

Dimanche 22 Décembre 2013 - 09:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter