Responsabilité des médias : endiguer le "journalisme pyromane" à travers la formation des acteurs



Responsabilité des médias : endiguer le "journalisme pyromane" à travers la formation des acteurs
Les médias indépendants et crédibles revêtent une importance capitale au sein d’États qui se veulent démocratiques, car ils permettent aux citoyens d’accéder à une information de qualité et de se faire une opinion éclairée sur les questions importantes touchant leur collectivité. Ainsi, les médias ont un rôle essentiel à jouer dans le processus démocratique, dans la consolidation de la paix et la cohésion sociale. Toutefois, dans un contexte ouest-africain marqué par des conflits récurrents, la réalisation de cette importante « mission sociale » des médias est souvent compromise par des entraves à la liberté de la presse, et des violations de droits fondamentaux des professionnels de ce secteur important. De même, ce rôle capital des médias s’avère inefficace et contreproductif, puisqu’il est régulièrement sapé par de mauvaises pratiques telles que : la non observance des règles déontologiques de base ; la tendance à verser dans le sensationnel, la dramatisation ou l’effet d’annonce. L’information ayant une influence considérable sur le cours des événements sociopolitiques, sa mauvaise gestion entraine des conséquences graves pour la paix et stabilité des États de la sous-région. Ainsi, le triste constat dans la plupart des pays en Afrique de l’ouest est que des médias sont davantage des catalyseurs de crises et de la violence plutôt que des outils d’information et de sensibilisation. Qui plus est, la majorité des journalistes qui exercent sur le terrain ne sont ni formés ni outillés aux techniques de « reportage sensible aux conflits » pouvant leur permettre d’informer librement et objectivement, sans attiser les tensions, ni inciter à la haine et à la violence.
Convaincu que des médias libres, indépendants et responsables peuvent être des remparts pour la démocratie et des garants de la paix sociale, le Gorée Institute s’est activement investi pour contribuer à renforcer les capacités des acteurs clés de ce secteur dans l’analyse et la prévention des conflits. L'Institut qui œuvre pour la démocratie, le développement et la culture en Afrique a même mis en place un projet dénommé « Médias et Prévention des Conflits » dans le but de contribuer au renforcement des capacités des acteurs des médias dans la production d’une information de qualité sur les conflits, sans alimenter le cercle vicieux de la violence. À travers ce projet, le Gorée Institute entend également promouvoir la responsabilité des médias et leur contribution à la lutte contre le radicalisme et l’extrémisme violents dans la sous-région.
Dans sa dynamique d'endiguer le phénomène du "journalisme pyromane", l'Institut panafricain organise du 23 au 25 novembre 2017, un quatrième atelier sous régional de formation et d’échange d’expériences sur le thème « La responsabilité des media et des professionnels de l’information dans la prévention des conflits en Afrique de l’Ouest ». Un atelier qui réunira à Dakar, sur l’île de Gorée, vingt (20) journalistes et professionnels de médias en provenance de neuf (09) pays d’Afrique de l’Ouest : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo.
Pour rappel, le Gorée Institute a, depuis la création de ce projet, développé des modules spécifiques qui ont permis de former une masse critique de journalistes et professionnels de l’information, de leur transférer des compétences pratiques et de les sensibiliser sur leur responsabilité dans la prévention des conflits et la consolidation de la paix en Afrique de l’Ouest.  Au total, dans le cadre de ce projet, cinquante et un (51) journalistes et professionnels de médias ont vu leurs compétences renforcées dans l’analyse et la prévention des conflits.

Source: Transmediatik

Lundi 13 Novembre 2017 - 16:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter