Résultats catastrophiques des examens : la mise au point de la COSYDEP



Résultats catastrophiques des examens : la mise au point de la COSYDEP
A la fin de l'année scolaire 2013 – 2014, la COSYDEP s'est fait le devoir de consulter ses antennes régionales ainsi que ses instances pour une analyse globale des résultats des examens. Ainsi, il est à noter qu'au moment où l'opinion nationale est dans les suites des résultats aux élections locales, les réaménagements dans l'Exécutif ainsi que toutes ces affaires qui affectent le monde de la sécurité et de la défense, notre pays vit un phénomène d'une sérieuse gravité, que sont ces autres résultats, absolument catastrophiques, à l'examen du Baccalauréat 2014. C'est la poursuite d'un cycle durant lequel, cet examen s'est singularisé, entre 2001 et 2013, par : les taux de réussite extrêmement faibles, entre 34 et 50 % et des coûts annuels de l'ordre d'une dizaine de milliards.
La COSYDEP pense qu'il est utile de rappeler les désastreux 33% aux derniers résultats du CFEE, de noter les tendances préoccupantes du BFEM 2014, les probables préludes aux désillusions habituelles dans le supérieur. "Ce sont là les preuves de la déliquescence indiscutable que vit notre école. Il faut avouer que les maux qui frappent l'école sont multiples et aujourd'hui bien connus, parmi lesquels : l'orientation de notre système éducatif, avec des contenus de programmes et des pratiques pédagogiques encore inadaptés, le démarrage toujours tardif de l'année scolaire, la faible maîtrise de la langue d'enseignement. Selon la COSYDEP, c'est un mal profond que les bons résultats du Concours Général, les performances de l'Ecole militaire préparatoire et du Lycée Limamou Laye, ...
Selon la COSYDEP, c'est un mal profond que les bons résultats du Concours Général, les performances de l'Ecole militaire préparatoire et du Lycée Limamou Laye, ..., les 100% de la Maison d'Education Mariama BA au Bac 2014 (qu'il faut saluer), ne devraient pas occulter. Donc," il devient plus qu'urgent de s'orienter vers :
Donc," il devient plus qu'urgent de s'orienter vers : la prise en charge des problèmes concrets, sérieux et connus qui entrainent ces échecs massifs de nos enfants ; une analyse critique et une évaluation approfondie des résultats scolaires de cette année, en vue d'identifier les relations de causalité et de proposer des mesures correctives entre autres", pense la  COSYDEP. De l'avis des membres de cette organisation, l'éducation et la formation des enfants, qui doivent grandir, acquérir des compétences et gagner leur autonomie, ne peuvent s'accommoder de logique attentiste coupable.
De l'avis des membres de cette organisation l'éducation et la formation des enfants, qui doivent grandir, acquérir des compétences et gagner leur autonomie, ne peuvent s'accommoder de logique attentiste coupable. Laisser encore notre école dans cet état-là, avec ces résultats-là, c'est condamner durablement notre pays au sous-développement.


Dimanche 27 Juillet 2014 - 17:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter