Retour sur la cérémonie inaugurale du sommet Afrique-France de Bamako

Revivez la cérémonie inaugurale du sommet Afrique-France de Bamako au Mali. Autour du président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, et de son homologue français, François Hollande, plus d'une trentaine de chefs d'Etat du continent ont participé à ce rendez-vous dans la capitale malienne ce samedi 14 janvier.



12h10 : Avec du retard, cette cérémonie inaugurale du sommet Afrique-France est terminée. Désormais, les chefs d’Etat et de gouvernement vont entrer dans le vif du sujet. Deux réunions à huis clos sont au programme. Une première séance de travail sur le thème « Paix et sécurité » où il devrait surtout être question de la Gambie, mais aussi de la RDC. Et enfin, un autre huis clos sur l’économie et le développement.
 
12h05 : Selon le protocole, hier soir, au dîner organisé au palais présidentiel de la Koutouba, il y avait 35 chefs d’Etat et de gouvernement présents. Ils n’étaient « plus » que 34 ce samedi au centre de conférence. En effet, le président gabonais Ali Bongo est reparti tôt ce matin en raison du coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des nations qui doit être donné à 16 heures temps universel à Libreville.
 
12h : Avant la fin de cette cérémonie inaugurale, plusieurs prix doivent être remis par les chefs d’Etat. Il s’agit de récompenser des jeunes investisseurs africains présents notamment lors du forum économique ou du forum jeunesse qui ont précédés cette journée de discussions de chefs d’Etat.
 
11h50 : « Puisse ce sommet de Bamako être celui de la solidarité, de l’action et du partenariat dynamique entre l’Afrique et la France », conclut Idriss Déby.
 
11h40 : Le président Déby énumère les zones d’instabilité sur le continent : la Libye, le Sahel, la corne de l’Afrique, le Soudan du Sud et certains pays de la région des Grands Lacs et d’Afrique centrale. « Tout cela nous rappelle sans cesse l’ampleur des défis à relever. A ce tableau sombre s’ajoute le terrorisme, la criminalité, le trafic d’être humain…. Tous ces vecteurs de la mort et de la désolation appellent à une solidarité forte et confiante ».
 
11h37 : Idriss Déby, lui aussi, rend hommage au président Hollande.
 
11h35 : Dernier discours annoncé, celui d’Idriss Déby, à la fois président tchadien, mais aussi président en exercice de l’Union africaine.
 
11h30 : François Hollande promet de revenir en Afrique et parle d’un « goût d’inachevé ».« Je n’oublierai jamais les liens que nous avons tissés ».
 

11h25 : Deuxième annonce du président français, l’aide au développement de la France pour le continent, prévue à 20 milliards d’euros sur cinq ans, va être révisée à la hausse de 15% pour atteindre désormais 23 milliards d’euros sur les cinq prochaines années.
 
11h20 : Pour le président français, « il ne peut y avoir de sécurité sans progrès politiques » et il faut « respecter » le choix des Gambiens après l’élection d’Adama Barrow.
 
11h17 : Première annonce de ce sommet côté Français, le président s’engage à passer de 20 000 à 25 000 le nombre de soldats africains formés par la France.
 
11h15 : « La France restera toujours au côté du Mali, jusqu’à l’aboutissement du processus de paix. C’est pour la France la preuve de sa solidarité pour un peuple ami et l’accomplissement de son devoir », pour François Hollande.
 
11h12 : Le président français insiste sur le défi sécuritaire que constitue ce sommet à Bamako. En effet, la sécurité a été au cœur de l’organisation. Plus de 10 000 membres des forces de l’ordre ont été déployés dans la capitale pour prévenir toute attaque terroriste notamment.
 
→ A (re)lire : Sommet Afrique-France: pour les forces de l'ordre, une obsession, la sécurité
 
11h10 : François Hollande : « Nous devons dire à ces peuples martyrs, à ces réfugiés et déplacés, qu’il y a de l’espoir. Regardez vers le Mali ».
 
11h05 : Début du discours à la tribune du chef de l’Etat français. C’est le dernier sommet du genre sur le continent pour le président François Hollande. En effet, il arrive à la fin de son mandat dans 4 mois et a annoncé qu’il ne se présenterait pas au scrutin présidentiel des mois d’avril et de mai 2017.
 
11h : « En laissant Bamako accueillir ce commet Afrique-France, vous avez fait le choix de l’optimiste », déclare IBK à ses homologues vers la fin de son discours.
 
10h50 : IBK rend hommage à « un homme » : François Hollande. « De tous les chefs d’Etat français, c’est celui qui a eu les relations les plus sincères et loyales avec le continent ». Puis le président malien est revenu longuement sur les raisons de l’intervention française au Mali, il y a 4 ans.
 
10h45 : IBK ouvre le bal des discours de ce sommet Afrique-France.
 
10h40 : Autres que les ministres et chefs d’Etat, plusieurs responsables d’institutions internationales sont aussi invités à participer à ce rendez-vous : Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies, Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l’Union africaine. Le FMI, la Banque mondiale ou encore la Banque africaine de développement sont aussi représentés.
 
10h30 : La cérémonie inaugurale du sommet Afrique-France de Bamako commence tout juste. Plusieurs chefs d’Etat doivent s’exprimer à la tribune, dont le Malien Ibrahim Boubacar Keïta, le Tchadien Idriss Déby ou encore le Français François Hollande.
 
10h20: Avec plus de 15 minutes de retard sur le programme officiel, les chefs d'Etat et de gouvernement se regroupent pour la photo de famille.

Rfi.fr

Samedi 14 Janvier 2017 - 12:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter