Retraités vs Responsables de l'IPRES: vers la sensibilisation de la communauté internationale



"On veut attirer l'attention de la communauté internationale sur la vie précaire des retraités au Sénégal. On ne peut pas comprendre qu'il y a plus de 120 milliards de réserves". Ce, alors qu"au niveau de Saint-Louis, il y a un quelqu'un lorsqu'il a touché sa pension avant hier, il est tombé en syncope. Vous pouvez le vérifier. Au niveau de l'IPRES (Institut de Prévoyance Retraite du Sénégal, on ne trouve jamais de médicaments, l'IPRES doit de l'argent aux hôpitaux de Saint-Louis. C'est intolérable et cela doit cesser", s'inscrit le président de l'Union nationale des Consommateurs du Sénégal (UNCS). Invité du magazine de Walfadjri, ce dernier assène qu'"il faut renouveler les instances au niveau des retraités par zone sous la supervision des Préfets et Sous-préfets et des mairies". 

Sur la mensualisation qui fâche les retraités, le président de l'UNCS indique que l'Etat n'a pas consulté les personnes concernées. "L'information n'est pas bien passée. Je pense que c'est le Conseil d'administration qui avait décidé la mensualisation des pensions. C'est tout. Mieux, le  Président du Conseil d'Administration (PCA) a tenu un langage clair partout où il est passé durant sa tournée pour faire comprendre qu'on va payer mensuellement les pensions avec sensiblement le même taux. Même le Sénégalais lamda peut comprendre cela, sensiblement veut dire peut être un pourcentage équitable avec ce qu'on percevait en deux (2) mois mais subitement on se trouve avec 50 % de moins", tonne le président de l'UNCS qui souligne, dès lors qu'"il y a une réflexion à mener". Il faut toutefois préciser que sur cette question de la mensualisation, les retraités ont gagné la première manche en faisant reculer jusqu'à nouvel ordre la mesure.


 


Mercredi 16 Décembre 2015 - 12:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter