Rétro 2014: les dix mots qui ont marqué l’actualité africaine

Des élections en Tunisie à la paix retrouvée en Centrafrique, en passant par la révolution au Burkina Faso, l’Afrique a connu une année 2014 faite de joies et de peines. Les rédactions multimédia et Afrique de RFI ont choisi dix mots qui ont symbolisé les douze mois passés dans les domaines de la politique, de la santé, de la justice, des arts et du sport sur le continent. Une façon aussi de vous souhaiter à tous une très belle année 2015.



Les 10 mots qui ont marqué 2014 en Afrique.
Les 10 mots qui ont marqué 2014 en Afrique.

BEJI CAÏD ESSEBSI
A 88 ans, le nouveau président de la République tunisienne Beji Caïd Essebsi, élu le 21 décembre, entend incarner l’alternance anti-islamiste et offre le visage du compromis dans un pays divisé entre les héritiers de la Révolution et les nostalgiques de l’Ancien régime. L’accession au pouvoir de cet ancien ministre de Bourguiba symbolise l’émergence de son parti Nidaa Tounes, sorti vainqueur des législatives du mois d’octobre devant les islamistes d’Ennahda qui ont perdu vingt sièges à l’Assemblée. Perçu comme un rempart contre l’hégémonie islamiste, il se veut l’homme de la concorde entre les séculiers et les religieux.

CHIBOK 
C’est dans un lycée de cette ville du nord-est du Nigeria que le groupe islamiste Boko Haram a enlevé, dans la nuit du 14 au 15 avril, 276 écolières  qui préparaient des épreuves du baccalauréat, un commando de 300 hommes environ qui a ensuite mis le feu à l’établissement. Le 5 mai, le chef de Boko Haram, Aboubakar Shekau, apparaissait dans une vidéo où il revendiquait le rapt et annonçait qu’il allait « vendre les jeunes filles comme esclaves », arguant que la place des filles « n’était pas dans les écoles ». Ces images ont provoqué l’indignation du monde entier qui s’est solidarisé sur les réseaux sociaux autour du comité #BringBackOurGirls (ramenez nos filles). Huit mois plus tard cependant, 200 jeunes filles environ demeurent captives du groupe terroriste.

CONSTITUTION 
Souvent mise à mal dans nombre de pays où les chefs d’Etat en ont modifié les textes pour se maintenir au pouvoir, la Constitution a fait chuter le président du Burkina Faso fin octobre 2014. Pour avoir voulu modifier l'article 37 de la Constitution burkinabè limitant le nombre de mandats présidentiels, le président Blaise Compaoré  a dû faire face à un soulèvement populaire qui a fini par le contraindre à lâcher les rênes du pouvoir puis à prendre la fuite. Au cri de « Touche pas à ma Constitution ! », des voix se sont élevées ailleurs sur le continent (RDC, Congo, Burundi, Bénin) pour contrecarrer toute velléité de suppression des articles limitant le nombre de mandats présidentiels.

CPI
Controversée en Afrique, où certains lui reprochent de ne poursuivre que des personnalités issues de ce continent, la Cour pénale internationale (CPI) s'est illustrée dans deux affaires emblématiques. L’instance de La Haye - dont la procureure générale est, depuis 2012, la Gambienne Fatou Bensouda - a convoqué cette année l’ancien chef d’Etat ivoirien Laurent Gbagbo  et son ancien ministre de la Jeunesse Charles Blé-Goudé, tous deux poursuivis pour crimes contre l’humanité. Aucune personnalité de l'entourage du président Ouattara n'a en revanche été poursuivie jusqu'ici. Fait sans précédent, un président en exercice s’est rendu à La Haye pour comparaitre devant la CPI : le Kényan Uhuru Kenyatta. Sa comparution n’a cependant débouché sur aucune inculpation, le procureur expliquant que le gouvernement kényan faisait obstruction aux demandes de la Cour.

EBOLA
Apparue en tout début d’année au sud-est de la Guinée mais formellement identifiée seulement à la fin mars, l’épidémie d’Ebola, de loin la plus étendue depuis la découverte de ce virus mortel au Soudan en 1976, s’est ensuite propagée au Liberia et en Sierra Leone, deux pays limitrophes. Le retard dans le diagnostic et le manque de coordination des moyens ont ensuite permis à la maladie d’atteindre des proportions alarmantes : 131 décès annoncés à la mi-avril, plus de 1 000 fin juillet et plus de 7 500 en cette fin d’année, ajoutés à près de 20 000 personnes contaminées, selon les chiffres de l’OMS. Dans l’intervalle, des cas sont apparus au Sénégal, au Mali et au Nigeria mais aussi en Espagne, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni. Fin 2014, l’épidémie n’a toujours pas été endiguée.

FENNECS 
Qualifiée pour sa quatrième phase finale de Coupe du monde, la deuxième consécutive, l’équipe nationale de football algérienne a obtenu le meilleur résultat de son histoire en se qualifiant pour les 1/8e de finale en terminant 2e de son groupe, derrière la Belgique, mais devant la Russie et de la Corée du Sud. Au Brésil, les Fennecs de Vahid Halilhodzic auraient même pu aller plus loin dans la compétition s’ils avaient connu un peu plus de réussite face à l’Allemagne  dans leur match à élimination directe (défaite 2-1 a.p.). Sauvés par leur gardien Manuel Neuer à maintes reprises durant cette rencontre, les futurs champions du monde allemands ne sont venus à bout de ces Algériens héroïques qu’à l’issue de la prolongation, le 30 juin à Porto Alegre.

MAREMA
Née d’un père mauritanien et d’une mère sénégalaise, la Dakaroise Marema Fall est la révélation musicale africaine de l’année. Inspirée, entre autres, par la spécialiste américaine du « protest song » Tracy Chapman qu’écoutait beaucoup sa maman, Marema puise d‘abord son influence dans la musique acoustique et dans la tendance folk sénégalaise. Auteure, compositeur et interprète, elle a été récompensée du Prix découvertes RFI 2014. Un titre particulièrement l’a fait remarquer en 2014 : « Femme d’affaires », un mélange de hip-hop et de musique traditionnelle, bercé par le xalam, ce luth d’Afrique occidentale au son cristallin.

PISTORIUS
Le procès du champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, premier athlète handicapé à participer également aux Jeux olympiques avec les valides, a tenu le monde en haleine pendant des semaines. Accusé du meurtre par arme à feu de sa fiancée Reeva Steenkamp, tragédie survenue le soir de la Saint-Valentin 2013 à Pretoria, l’athlète amputé des deux jambes a été condamné à cinq ans de prison pour homicide involontaire par la juge Judith Masipa le 21 octobre. La sanction a été jugée trop clémente par de nombreux Sud-Africains  et le parquet a d’ailleurs décidé de faire appel du jugement auprès de la Cour suprême d’appel du pays.

SIRIRI
Après deux ans de crise, la population de République centrafricaine veut croire à la paix, mot qui se dit ‘siriri’ en sango, la langue nationale. Suite à l'accord de fin des hostilités conclu le 23 juillet à Brazzaville, les attentes vis-à-vis de la Minusca, la Mission des Nations unies, sont importantes. Tous les regards sont tournés vers le dialogue national censé avoir lieu en février et vers les élections programmées avant août 2015. Il reste cependant encore de nombreux motifs d’inquiétude… Notamment les difficultés à faire revenir l’Etat à l’intérieur du pays… Une absence qui se traduit par une insécurité persistante, notamment sur les routes.

TIMBUKTU 
Le film du réalisateur franco-mauritanien Abderrahmane Sissako qui relate l’invasion de la ville malienne de Tombouctou (Timbuktu en anglais) par un groupe jihadiste qui y impose la charia fut l’une des sensations du dernier Festival de Cannes. Beaucoup de festivaliers ont d’ailleurs estimé qu’il méritait la Palme d’or mais cette œuvre à la fois puissante et poétique a dû se contenter du Prix du jury œcuménique. Sorti dans les salles françaises le 10 décembre, il avait déjà attiré 310 000 spectateurs après seulement deux semaines d’exploitation. Timbuktu semble promis à une belle carrière internationale car il fait partie des neuf films nommés pour l’Oscar du meilleur film étranger, lequel sera décerné le 22 février prochain à Hollywood.


Rfi.fr

Mercredi 31 Décembre 2014 - 10:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter