Réunion comité directeur PDS du 6 mars : Oumar Sarr et Cie se penchent sur la situation nationale et la vie de leur parti



Le comité directeur du Parti Démocratique Sénégalais (  PDS) s’est réuni le 06 mars 2014 à la permanence nationale Oumar Lamine BADJI sous la présidence du frère Oumar SARR, coordonnateur général, à l’effet d’examiner l’ordre du jour suivant :
 
-          Situation nationale
-          Vie du parti
 
Le comité directeur félicite le Secrétaire Général National, le Président Abdoulaye Wade, pour sa brillante intervention télévisée du 2 mars 2014. Le Secrétaire Général National a abordé toutes les questions d’intérêt national et le peuple sénégalais a revu avec fierté, et quelquefois avec émotion, le Grand Bâtisseur et le Grand Combattant Africain.
Abordant la situation nationale, le comité directeur a constaté et regretté les violences dans cette période pré-électorale organisées presque dans tout le pays par l’APR et ses sbires. Ces violences ont tendance à se généraliser progressivement dans tout le pays, avec la tenue des réunions pré-électorales de l’APR.
Pistolets, gaz lacrymogènes, jets de pierre, couteaux et toutes sortes d’armes sont utilisés dans les réunions politiques de l’APR, semant partout trouble et désolation.
Par conséquent, le comité directeur estime qu’il faut dissoudre l’APR, le principal facteur et vecteur de la violence politique dans le pays. C’est une mesure qui peut sauver le pays d’une catastrophe vers laquelle l’APR semble l’amener inexorablement.
La manifestation violente des jeunes recrutés par l’Agence Nationale de la Sécurité de Proximité est une expression de l’amateurisme et de l’incompétence du régime, occupé à organiser les réunions de l’APR aussi violentes les unes que les autres.
Le comité directeur a discuté de l’acharnement inqualifiable du régime Macky-Tanor-Niasse contre le PDS et ses responsables. La cour suprême annule finalement la décision de liberté provisoire dont devrait bénéficier notre frère Thierno Ousmane SY, les recours de la sœur Aïda NDIONGUE et du frère Aziz DIOP prennent un temps inouï et, last but not least, peu à peu, le régime prépare, sans scrupule aucun, soit une nouvelle mise en demeure contre notre frère Karim Wade, soit un renvoi devant la juridiction de jugement , seule arme politique dont il dispose, alors que manifestement le dossier judiciaire est désespérément vide.
C’est cette traque des responsables du PDS qui permet de comprendre la position ubuesque du conseil constitutionnel qui, dans son arrêt du 3 mars 2014, déclare que les lois sur l’enrichissement illicite et sur la cour de répression de l’enrichissement illicite sont conformes à la constitution. Le Sénégal est en retardsur les pays de la sous région comme le Niger dont la cour constitutionnelle, dans les mêmes circonstances, avait déclaré la loi sur l'enrichissement contraire à la constitution et aux instruments internationaux garantissant un procès équitable. Le combat judiciaire va désormais s’internationaliser mais il faut d’ores et déjà se féliciter de la position des organisations de défense des droits de l’homme installées au Sénégal qui condamnent toutes sans exception cette entorse grave à la liberté, ce pouvoir exorbitant donné à l’Etat qui peut poursuivre sans preuve, seulement sur l’injonction du régime politique en place. Le PDS poursuivra le combat pour la justice et le droit, pour le respect de la constitution,  contre ces juridictions d’exception qui sont des juridictions créées pour atteindre un objectif politique précis. Le PDS appelle tous les partis, toutes les organisations de défense des droits de l’homme, tous ceux qui veulent défendre la démocratie au Sénégal, à unir leurs forces pour faire face à ce régime qui ne recule plus devant rien pour accabler et embastiller ses adversaires politiques.
Le comité Directeur, sur rapport de la Commission des élections, a apprécié le nombre important des comités électoraux mis en place dans le pays, et exhorte les responsables et les militants du parti à persévérer dans cette voie et à préparer dès maintenant les investitures dans l’ensemble du pays. Le Comité Directeur insiste pour que les investitures se fassent dans l’unité et la démocratie, en alliance avec nos alliés de Boolo Taxawu Askan Wi et avec tous les partis et associations qui sont prêts à engager avec nous le combat politique.
Le comité Directeur a été informé de la conférence que les femmes libérales du département de Dakar organisent le 8 mars à 15 heures à l’occasion de la journée internationale des femmes, et appelle les militantes et les militants à y participer massivement.
 
Dakar, le 6 mars 2014
COMITE DIRECTEUR


Samedi 8 Mars 2014 - 00:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter