Revue de presse africaine : l’attentat de Nice au menu



Revue de presse africaine : l’attentat de Nice au menu
Plusieurs journaux s'en effarent déjà, comme par exemple le quotidien sénégalais Enquête, qui évoque en Une le « 14 juillet sanglant à Nice ». Enquête propose à ses lecteurs un long article de notre site internet ainsi qu'un témoignage puisé dans celui du journal Le Monde, dans lequel un journaliste niçois témoin de l'attentat raconte « l'énorme camion blanc filant à une allure folle sur les gens donnant des coups de volant pour faucher un maximum de personnes », et dans lequel il déclare : « J'ai vu des corps voler comme des quilles de bowling sur son passage. »

Autre journal sénégalais à déjà s'alarmer de l'attentat de Nice, Walf Quotidien. « Sur la promenade des Anglais à Nice, un camion fonce sur la foule, des dizaines de morts », lance ce confrère dakarois. Walf Quotidien rapporte d'abord les premières informations concernant cet attentat terroriste et remarque que Nice est un « foyer de radicalisation important. L'un des plus gros contingents de jihadistes français en Irak et en Syrie vient, en effet, de Nice et de sa région, souligne le confrère dakarois. Le maire de la ville, Christian Estrosi, avait d'ailleurs pris des mesures de sécurité exceptionnelles pendant l'Euro, avec notamment l'installation des portiques à l'entrée de la fan zone, un dispositif unique pour les villes hôtes de la compétition », souligne Walf Quotidien.

CPI: el-Béchir bienvenu au Rwanda
A l'avant-veille de l'ouverture du sommet de l'Union africaine à Kigali, le Rwanda - qui en est l'hôte - n'arrêtera pas le président soudanais recherché par la CPI, la Cour pénale internationale. C'est Louise Mushikiwabo qui l'a dit. Et bien entendu, la ministre des Affaires étrangères et porte-parole du gouvernement rwandais parlait au nom de son président Paul Kagame.

Lequel « ridiculise Fatou Bensouda et la CPI », souligne Bénin Monde Infos, étant rappelé que Fatou Bensouda n'est autre que la théoriquement toute puissante procureure de la CPI.
CPI : la fronde africaine

Hier à Kigali, Louise Mushikiwabo n’a pas eu de mots assez durs contre la CPI. Et en Côte d’Ivoire, le journal L’Intelligent d’Abidjan rapporte ses propos. « Il est important de changer le nom de cette cour du fait qu’elle est hautement politisée et ne s’en prend qu’aux Africains, a dit la ministre rwandaise des Affaires étrangères. L’Afrique peut juger les Africains à l’instar de Hisse Habré », relève L’Intelligent d’Abidjan.

Dans un entretien accordé à Jeune Afrique, Louise Mushikiwabo bucheronne les « préjugés » de la CPI envers l’Afrique, et prône la « mise en place d’un système qui s’appuiera davantage sur la cour africaine et sur les talents qui existent sur le continent afin de le doter de ses propres mécanismes de justice ». Louise Mushikiwabo dénonce dans Jeune Afrique « le parcours et le travail effectué jusqu’à présent (qui) ont démontré à quel point (la CPI) est problématique. Le Rwanda a compris depuis le début que la CPI allait être influencée par la politique internationale envers l’Afrique. Il faudra qu’il y ait des changements, mais il faudra surtout que l’Afrique puisse faire fonctionner efficacement sa propre cour de justice, qui existe déjà et qui a compétence pour juger des crimes contre l’humanité », dit la chef de la diplomatie rwandaise à notre confrère panafricain.

En Côte d’Ivoire aussi, le journal L’Expression évoque en Une le « retrait en bloc de la CPI ». Ce quotidien y souligne que les pays africains sont « divisés » sur ce dossier.

Justement, le ministre ivoirien des Affaires étrangères confirme dans un entretien accordé à l’agence Afrikipresse que ce qu’il appelle « la question de la CPI » a bien été abordée à Kigali par le conseil exécutif de l’Union africaine et qu’il « appartiendra aux chefs d’Etats d’arrêter une décision ». Lors de cette réunion au niveau ministériel, « certains ont suggéré un retrait », admet Albert Toikeusse Mabri, avant de déclarer que la Côte d’Ivoire « ne s’associera pas à une action allant dans le sens d’un retrait collectif de la Cpi ». Alors, retrait en bloc ou pas ? Réponse au plus tard lundi…


Rfi.fr

Ousmane Demba Kane

Vendredi 15 Juillet 2016 - 10:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter