(Revue de presse du jeudi 1er septembre 2016) L’opposition et la société civile encerclent Macky



(Revue de presse du jeudi 1er septembre 2016) L’opposition et la société civile encerclent Macky
Le chef de l’Etat parle du Haut conseil des collectivités territoriales depuis la Chine où il séjourne. Dans ses explications face à nos compatriotes rapportées par le SOLEIL, Macky Sall soutient que « chacun a la liberté de ne pas être d’accord. Mais nous avons demandé au peuple sénégalais qui l’a validé à 63% au référendum du 20 mars 2016. On se doit donc de mettre sur pied cette entité qui œuvre au nom du président et de son gouvernement pour la bonne marche de la décentralisation, c’est cela le Hcct ». Retenez que pour l’élection des membres du Hcct, « Taxawu Dakar menace d’empêcher la tenue du scrutin dans le département », écrit l’AS. Le pourquoi de cette posture est dans le POP, « nous sommes à quelques heures du scrutin et les organisateurs de ce scrutin, la Direction générale des élections, refuse de nous remettre le fichier électoral… », dit Barthélémy Dias.  Dans la TRIBUNE, la coalition dirigée par Khalifa Sall précise que ce sont 1098 conseillers qui doivent voter à Dakar et ils ont répertorié ceux qui sont absents, ceux qui sont décédés. Compte tenu de tout cela, ils indiquent qu’ils sauront au courant de toute manigance ou fraude de la majorité présidentielle.

SUDQUOTIDIEN s’intéresse à « cette levée de boucliers contre Macky » organisée par l’opposition et la société civile. Dans le journal, le Pr Moussa Diaw, enseignant-chercheur en sciences politiques à l’Ugb, explique que « cette cristallisation n’est pas suffisamment forte pour constituer un front susceptible de changer les rapports de force entre majorité et opposition ». Le même sujet est dans ENQUETE où on écrit que « l’opposition sénégalaise se fédère à travers des coalitions pour faire face au régime de Macky Sall. Toutefois, ces alliances se multiplient et n’ont souvent aucun avenir dans le landerneau politique national ». En tout cas à la UNE du TEMOIN, on informe qu’une large frange de l’opposition se réunit, aujourd’hui, pour décliner son plan d’actions.

Pour le regroupement de la société civile, retenons avec la TRIBUNE, « la coalition des forces sociales » qui regroupe plusieurs syndicats (Cnts, Cnts Fc, Unsas, Saems, Cusems, Grand cadre, Saes, Uden…), des mouvements comme Y en a marre, le Forum civil, le M23… Ce regroupement entend soutenir Ousmane Sonko et menace de paralyser l’administration à travers des journées de grève généralisées. Sonko lui parle et dans l’OBS, il soutient que « je considère, jusqu’à présent, que le décret de ma radiation n’existe pas ». C’est parce que jusqu’à présent, l’Inspecteur des Impôts et domaines n’a pas encore reçu de notification de sa révocation.

DIRECT INFO parle de l’ancien président Léopold Sédar Senghor. Et c’est pour vous dire que ses dernières volontés ont été violées. Selon le journal, le président-poète avait émis le vœu d’être inhumé à Joal, sa terre natale. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Ses proches veulent transférer sa dépouille mortelle à Joal à un mois de l’anniversaire de sa naissance.

Le Gabon s’invite à la UNE de la presse sénégalaise. Le QUOTIDIEN informe que réélu sur le fil, Ali Bongo entame un  second septennat à la tête du Gabon, qui a connu hier des violentes manifestations. Selon le journal, les contestations qui ont escorté ces résultats, montrent l’effondrement de la suprématie de la dynastie Bongo qui règne dans ce pays depuis près de 50 ans.  LIBERATION parle de Mamadi Diané, ce conseiller du président ivoirien, limogé pour ingérence dans le processus électoral au Gabon. Le journal parle de sa participation dans un scandale à Dakar. Diané aurait recyclé des fonds illicitement détenus par Thierno Ousmane Sy dans l’affaire des commissions présumées de Sudatel.

D’autres sujets dans la presse du jour. A Diass, la commune veut profiter des projets d’Aibd et de l’autoroute Diamniadio-Mbour. Cette commune, informe le SOLEIL, qui a cédé des milliers d’hectares de terre à l’Etat veut bénéficier des effets positifs d’un développement généralisé et jouer un rôle phare dans l’économie du pays.

Parlons de travailleurs du milieu aéroportuaire. Selon l’AS, les agents de la défunte compagnie Sénégal Airlines, sont en assemblée générale aujourd’hui pour voir les modalités de la grève de la faim qu’ils vont entamer à partir de dimanche.

Dans WALFQUOTIDIEN, l’Association sénégalaise des utilisateurs des Tic (Asutic) considère que le DG de l’Artp et ses services ont étalé encore leur « incompétence » par l’échec de la mise en œuvre de la portabilité au Sénégal.

SUDQUOTIDIEN réalise un dossier sur l’utilisation  des sachets d’eau surtout en cette période de forte chaleur. Le journal qui parle de la floraison des entreprises de fabrication de ces sachets, attire votre attention, « tout n’est pas potable ».

Terminons avec ENQUETE qui met à sa UNE l’avènement des Arsène Lupin domestiques. Le journal parle de ces enfants issus de familles argentées qui soutirent frauduleusement l’argent des parents pour aller s’amuser. Le journal donne des exemples d’enfants de leaders politiques (Idrissa Seck, Me Madické Niang, Pape Diop). Selon le sociologue Mamadou Ndiaye de l’Ucad, « les enfants qui volent ces sommes d’argent à leurs parents sont la résultante d’une déstructuration sociale interne et d’influences extérieures ».
 


Jeudi 1 Septembre 2016 - 09:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter