(Revue de presse du jeudi 24 aout 2017) Macron perd le contrôle du G5 Sahel



(Revue de presse du jeudi 24 aout 2017) Macron perd le contrôle du G5 Sahel
Une information dans tous vos journaux : le décès d’Aliou Sow, fondateur de la Compagnie sahélienne d’entreprise (Cse). L’info est à la UNE de SUDQUOTIDIEN qui écrit, « un bâtisseur s’en est allé ». Il s’est éteint mardi à l’âge de 83 ans à l’hôpital américain de Paris. Le journal rappelle qu’Aliou Sow a créé son entreprise la Compagnie sénégalaise d’entreprise (Cse) en 1970, période où il avait quitté le groupe pétrolier Shell après 10 ans de travail. Il était l’un des pères de Cse dont la société française Fougerolle détenait alors les 45% du capital. Ce n’est que six ans plus tard en 1978 que Cse deviendra Compagnie sahélienne d’entreprise sous sa férule. Le chef de l’Etat témoigne dans SUDQUOTIDIEN, « un modèle de ténacité et de constance dans la quête de l’excellence ». L’AS informe que la dépouille arrive ce week-end, la levée du corps à la mosquée omarienne avant l’inhumation au cimetière de Yoff.  
 
L’OBS parle du retard accusé dans le paiement de la totalité des honoraires des avocats que l’Etat avait commis dans le dossier d’enrichissement illicite contre Karim Wade et Cie. Si l’idée de saisir l’Ordre des avocats pour « taxer les honoraires » est agitée, le journal ajoute que des assurances sont données par les services compétents qui sont à pied d’œuvre pour diligenter le dossier dans les meilleurs délais.
 
Non loin de cet environnement, ENQUETE parle « des relations heurtées entre l’Exécutif et le Judiciaire qui met à rude épreuve la séparation des pouvoirs ». Ce n’est peut-être pas demain la fin car le journal explique qu’avec l’alternance à la tête de l’Union des magistrats sénégalais (Ums), l’Exécutif a du pain sur la planche dans la mesure où le successeur de Magatte Diop est décrit comme un « rebelle » or les magistrats ne cessent de dénoncer une immixtion de l’Exécutif dans le Judiciaire.
 
Le Bureau national d’interpol basé à Dakar précise avoir ouvert une enquête pour des faits d’apologie du terrorisme et demande à Washington de faire rapatrier Assane Diouf comme l’exige la coopération policière. LIBERATION  qui donne cette information ajoute qu’ « Interpol Dakar révèle que Assane Diouf fait l’objet d’une enquête criminelle au Sénégal après avoir appelé dans une vidéo à soutenir la cause de l’imam Alioune Ndao détenu pour des faits de terrorisme avant d’annoncer la mobilisation de fonds pour les mettre à sa disposition ».
 
Relations entre le Sénégal et ses bailleurs de fonds, c’est WALFQUOTIDIEN qui en parle, en résumant la situation, « le Fmi cajolé, la Banque mondiale giflée ». Le journal explique que les bons points distribués par le Fmi dans sa quatrième revue de l’Ispe depuis le 15 août sont placardés par le gouvernement dans ses différents supports de Com pour témoigner du bon boulot des services d’Amadou Bâ. De l’autre côté, le Sénégal avait failli expulser la représentante de la Banque mondiale dont le seul tort est d’avoir exprimé en pleine campagne des législatives, ses réserves sur la rentabilité du Ter. Selon WALFQUOTIDIEN, Louise Cord n’a dû son salut qu’aux interventions de l’Argentier de l’Etat et de Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique.
 
DIRECT INFO parle de Tabaski. « Rareté du mouton, hausse du prix de la pompe de terre, de l’oignon et de certaines denrées : Goorgoorlu ne sait plus où donner de la tête, à 10 jours de la Tabaski ». Le journal propose un dossier sur les sénégalais et les fêtes. Ce qu’il considère comme un  cycle infernal.
 
Pour le cadre de vie à Dakar, le SOLEIL trouve que « les sachets et les gobelets en plastique défigurent les différentes artères de Dakar ». Le journal parle d’un décor inquiétant aux arrêts de bus, marchés et autres lieux de grande fréquentation. Dans cette même veine, le TEMOIN dit que Dakar va mal et la preuve est donnée en images : des « boudioumen » qui fouillent dans les ordures d’une benne qui roule à vive allure, des apprentis installés sur le toit de leur « ndiaga ndiaye » sur l’autoroute…
 
Le ministre du Tourisme et des Transports Aériens est à la UNE du QUOTIDIEN. Dans le premier jet de l’entretien consacré à la politique, Maïmouna Ndoye Seck, leader du mouvement « Gungé Macky » avance que beaucoup de listes des législatives vont soutenir Macky Sall en 2019. Mais elle précise que cela ne voudrait pas dire que le pouvoir a financé des coalitions lors du scrutin du 30 juillet.
 
DAKARTIMES révèle que Macron perd le contrôle du G5 Sahel. Selon le journal, les chefs d’Etats-majors généraux des armées du Niger, de la Mauritanie, de l’Algérie et du Mali ont tenu une réunion en huit clos pour définir une nouvelle stratégie. Le Sénégal, la Guinée-Conakry, le Nigéria et la Côte d’Ivoire pourraient rejoindre la formule proposée par l’Algérie qui naitra sur les cendres du G5 Sahel.
 
Sports pour terminer. LES ECHOS informe que les lionnes s’inclinent devant le Nigéria (54-58) et héritent du Cameroun en quart. C’est la première défaite de l’équipe du Sénégal depuis le début de l’Afrobasket 2017 au Mali.
En football, la Guinée prive le Sénégal d’une participation au Chan comme il y a deux ans. Battue (3-1) à Dakar, la Guinée s’est largement imposée hier au match retour (5-1). Titre de l’OBS: « La Guinée traîne le Sénégal dans la boue ».
 
 


Jeudi 24 Août 2017 - 13:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter