(Revue de presse du lundi 10 juillet 2017) L’avion de Wade sera autorisé à atterrir (Maïmouna Ndoye Seck)



(Revue de presse du lundi 10 juillet 2017) L’avion de Wade sera autorisé à atterrir (Maïmouna Ndoye Seck)
C’est parti pour la campagne depuis hier et c’est le principal sujet dans la presse du jour. DIRECT INFO met à la UNE, « Wade, l’attraction de la campagne ». Selon le journal, si les autorités de l’aéroport de Dakar lui permettent de fouler le tarmac, le « Pape » du Sopi sera sans nul doute le phénomène de la campagne. Seulement dans l’OBS on apprend que jusque tard dans la soirée d’hier, à 22H plus précisément, le vol de Wade  n’avait pas encore obtenu la précieuse autorisation d’atterrissage à l’Aéroport de Dakar. Le TEMOIN se demande et si le pouvoir avait réellement peur du « vieux » de 91 ans. Le journal se pose la question car constant des embûches que le pouvoir semble dresser sur le chemin de l’ancien président de la République. DAKARTIMES pense qu’il ne faut pas politiser cette affaire. Selon le journal la demande d’autorisation pour ce vol privé devait être envoyée 72 heures avant. Selon le journal ce sont des dispositions contenues dans un Arrêté en date du 17 février 2004 signé par le ministre des Transports aériens de l’époque sous le régime de Wade,  Mamadou Seck. Mais dans l’AS, le ministre du Tourisme et des Transports Aériens, Maïmouna Ndoye Seck avance que l’avion sera autorisé à atterrir. Selon le ministre, la demande a été déposée le samedi à l’Anacim qui a juste demandé des informations supplémentaires sur le pilote. Et dans les ECHOS, Oumar Sarr et Cie menacent de marcher sur le Palais si le jet privé de Wade n’est pas autorisé à atterrir aujourd’hui.

Sur le terrain de la campagne, VOX POPULI constate que ça chauffe déjà à Dakar entre les deux coalitions favorites, « Mankoo Taxawu Senegaal » et « Benno Bokk Yakaar ». Le journal informe qu’hier des affrontements entre les deux camps à Grand-Dakar ont occasionné des blessés dans les deux camps qui se renvoient la balle. Du côté de la mouvance présidentielle, la tête de liste nationale, Mahammad Boun Abdallah Dionne soutient dans SUDQUOTIDIEN que « Benno ne cherche pas la majorité pour régler des problèmes personnels de fils, de neveux ou d’oncles ». Le Premier ministre qui a lancé sa campagne à Mbacké demande aux électeurs de donner la majorité à sa mouvance pour la poursuite du Plan Sénégal Emergent. Pour le SOIR, « la tête de liste de BBY a fait forte impression dimanche à Mbacké. Une foule de plusieurs milliers de personne a accueilli le premier ministre et sa délégation qui avait fait auparavant un tour chez le khalife des mourides pour des prières ».

Concernant le temps d’antenne à la RTS, l’AS informe que Khalifa Sall opte pour le silence, la chaise vide  et les menottes. La TRIBUNE relève la confusion suite à la décision du chef de l’Etat de proroger une énième fois la validité des cartes nationales d’identité jusqu’au 30 septembre. Car selon le journal, cela peut amener à penser que les électeurs pourront s’acquitter de leur devoir civique aussi bien avec les cartes numériques qu’avec les cartes biométriques.

Un autre sujet à la UNE de LIBERATION. Le journal parle du contenu de la lettre de l’émir du Qatar qui demande au chef de l’Etat Macky Sall au nom de la famille Wade, la grâce pour Karim Wade pour des raisons humanitaires. C’est pour démentir l’ancien chef de l’Etat qui a soutenu que Macky Sall aurait supplié l’émir du Qatar pour qu’il récupère Karim Wade qui était une patate chaude pour son régime.

Sur les fuites au Bac, le QUOTIDIEN informe qu’après Dakar où 13 élèves ont été arrêtés, deux élèves et un étudiant ont été interpellés par les policiers à Diourbel et transférés à la Dic où ils sont en garde à vue. WALFQUOTIDIEN entre dans l’intimité psychologique des candidats qui refusent tout de même de se laisser abattre face à ce que le  psychologue Serigne Mor Mbaye qualifie de choc psychologique grave, de  traumatisme.

Un dossier dans ENQUETE sur la prolifération des cliniques privées et des cabinets médicaux. Les praticiens reposent tout sur une meilleure prise en charge des patients avec un bon plateau médical. Seulement le journal relève que le coût n’est pas des plus accessibles dans ce secteur même si du côté des médecins privés on parle d’une baisse.

Terminons avec le SOLEIL et avec le chef de l’Etat qui soutient que l’Afrique est dans une phase de mutations positives qui mérite d’être soutenue par une nouvelle vision de la coopération pour le développement. Propos tenus au Sommet du G20 à Hambourg notamment à la session sur le thème : « le développement, le partenariat avec l’Afrique et la migration ».
 


Lundi 10 Juillet 2017 - 11:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter