(Revue de presse du lundi 17 octobre 2016) Viol : 51 500 cas répertoriés au Sénégal en 2012



Les appréciations se poursuivent sur les tournures prises par la marche de l’opposition, le 14 octobre dernier. Selon l’OBS, le chef de l’Etat a regretté les scènes de violences qui ont émaillé ce rassemblement de l’opposition. Le journal rapporte que le président de la République s’est confié à certains de ses collaborateurs pour dire « vraiment, il faut éviter de telles scènes qui ne donnent pas une bonne image de notre pays. Je pense qu’il faut que les gens apprennent à respecter la légalité républicaine. On ne peut pas autoriser une marche et les gens se mettent à marcher sur les forces de l’ordre… ». Me Assane Dioma Ndiaye de la Ligue Sénégalaise des Droits Humains soutient à la UNE de DIRECT INFO, « les images de violence de la marche de l’opposition sont une honte pour le Sénégal ». SUDQUOTIDIEN informe que l’opposition qui est dans une colère noire, promet de ne pas reculer devant ses droits constitutionnels et entend les exercer contre vents et marées. Pour la mobilisation, le QUOTIDIEN parle de la guerre des chiffres. Selon le communiqué de l’opposition repris par le journal, « Manko Wattu Senegaal soutient avoir gagné le pari de la mobilisation avec 15 000 personnes ayant répondu à l’appel ».

Sur la marche des institutions, l’AS informe qu’avec l’intégration des 10 députés de la diaspora, le Sénégal tend vers une Assemblée nationale de 160 membres. Une façon de prendre en compte un des points de la réforme constitutionnelle adoptée lors du référendum du 20 mars dernier. Mais le journal ajoute qu’il faudra que le chef de l’Etat tranche la question car l’opposition n’est pas favorable à l’augmentation du nombre des députés de 150 à 160 contrairement à la majorité.

Dans le domaine de l’économie, ENQUETE met à sa UNE les bonnes prédictions de Global Risk sur les perspectives économiques du Sénégal. Considérée comme la référence du Forum économique mondial, Global Risk soutient que les réserves de pétrole et de gaz offshore du Sénégal sont plus grandes qu’on ne le pensait. Selon l’Institution, le Sénégal peut se vanter d’avoir une économie relativement diversifiée et une gouvernance stable. Global Risk annonce aussi de bonnes perspectives dans le secteur du tourisme.

Le TEMOIN informe que deux sociétés espagnoles implantées à Thiès et spécialisées dans la production de fruits et légumes sont épinglées par la Douane. Elles sont poursuivies pour délit de destination privilégiée car, leurs produits qui devaient être exportés à l’étranger sont écoulés sur le marché local. Le journal explique qu’au moment où la Douane réclame 2 milliards aux sociétés, des marabouts, des médiateurs et autres activistes sont entrés dans la danse pour les tirer d’affaire.

Le SOLEIL nous parle du sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la sécurité maritime de Lomé. Par la voix du chef de l’Etat, le Sénégal a émis des observations sur le projet de Charte. Selon Macky Sall, le texte constitue certainement une bonne base pour établir un instrument juridique intégré pour améliorer la sécurité et la sûreté maritimes sur le continent. Mais il y a encore beaucoup de travail à faire pour harmoniser son contenu avec d’autres instruments juridiques internationaux.

L’AS informe que le nouveau DG de l’Asecna pourrait être élu le 11 novembre à Bamako à l’occasion d’une rencontre des ministres des Transports Aériens des pays membres. Le journal annonce des candidats d’un Camerounais, d’une Gabonaise, d’un Congolais et d’un Nigérien. Le Malien Amadou Guitèye, en poste depuis 6 ans, va céder son fauteuil.

A la UNE du POP, on parle « des chiffres de l’avortement qui inquiètent ». « 51 500 cas répertoriés au Sénégal en 2012. 3% des femmes en prison ont commis des infanticides ». Face à cette situation, le journal informe que « l’Association des femmes médecins du Sénégal demande la légalisation de l’avortement médicalisé ».

WALFQUOTIDIEN poursuit ses investigations sur la mutinerie du 20 septembre à la prison de Rebeuss. Selon le journal, la femme et la mère du détenu mort dans cette affaire sont convoquées aujourd’hui à la Dic. WALFQUOTIDIEN informe qu’on va aussi vers une plainte collective des familles des victimes mais aussi que du côté de l’Agence judiciaire de l’Etat, l’on prépare une constitution dans le dossier, si toutefois l’enquête aboutit à l’arrestation de gardes pénitentiaires.
 
 


Lundi 17 Octobre 2016 - 09:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter