(Revue de presse du lundi 29 août 2016) Sécurité en mer en attendant le pétrole…



« C’est un faux débat », c’est le chef de l’Etat qui réagit ainsi sur la question relative à la double nationalité. Le TEMOIN soutient que de Nairobi au Kenya où il séjourne dans le cadre de la 6eme conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique, le président de la République a dégonflé la bulle. Dans l’AS, le chef de l’Etat ajoute qu’il ne peut pas être contre la double nationalité, mais il s’agit de se conformer à la constitution adoptée depuis 1992 qui indique que pour être candidat à la présidentielle, il faut être de nationalité exclusivement sénégalaise. Si l’AS avance que « Macky freine son camp », Abdou Mbow dans le TEMOIN soutient que ce n’est pas un désaveu car c’était une simple proposition de Benoit Sambou dans le cadre de la commission de la revue du Code électoral. WALFQUOTIDIEN pour sa part soutient qu’en considérant que ce débat entretenu par ses partisans ne devrait pas exister car la question est réglée par notre constitution depuis 1992,  « Macky fait machine arrière » sur la question de la double nationalité.

Le chef de l’Etat est à la UNE de la TRIBUNE à côté de Khalifa Sall. Dans ce journal comme dans le POP, le maire de Dakar et sa coalition accusent le président de la République d’achat de conscience et de tentatives de corruption. C’est dans le cadre de la campagne électorale en vue de l’élection des membres du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) prévue le 04 septembre prochain. Dans la TRIBUNE on peut retenir que les femmes de la mouvance présidentielle ont pêché des conseillères dans les bastions de Rewmi et de la coalition Taxawu Dakar.

A la UNE de l’OBS, Aliou Sall récuse les accusations dont il fait dans les affaires liées au pétrole, à la Banque de Dakar ou la société dite Sahel aviation. Le maire de Guédiawaye dit « à ses accusateurs qui veulent faire de lui un montre » qu’il n’a pas envie de consacrer de l’énergie à des procès mais qu’il ne manque pas d’arguments juridiques. Aliou Sall a le soutien du ministre de l’Energie et du développement des énergies renouvelables. Selon le journal, Thierno Alassane Sall a démenti toutes les accusations portées contre Aliou Sall dans le cadre des contrats pétroliers et miniers au Sénégal.

Pour l’autoroute Ilaa Touba, les techniciens de l’Ageroute ont demandé à l’entreprise chinoise de reprendre 6km déjà réalisés, informe le QUOTIDIEN. Les interlocuteurs du journal soulignent que cela donne 6 mois de travail perdus à cause de l’utilisation de matériaux qui ne répondaient pas aux normes.  Le QUOTIDIEN rappelle que le gouvernement chinois a accordé au Sénégal un prêt étalé sur 25 ans avec un taux d’intérêt de 2% pour le financement de ce projet. Mais les chinois n’ont pas souhaité prendre la concession considérant que l’autoroute n’est pas rentable.

On reste sur l’autoroute pour parler de celle de Dakar-Aibd. LIBERATION qui en parle ce matin révèle les prix proposés par Senac et qui sont à l’origine de la colère du chef de l’Etat. Les camions devaient payer 5800 Fcfa, les autocars 3000 Fcfa, les particuliers 1800 Fcfa et les motos 800 Fcfa.

De la route on plonge dans la mer avec le SOLEIL. Le journal informe que le Japon compte octroyer 134 milliards de Fcfa au Sénégal pour la réalisation du projet de dessalement de l’eau de mer dans le site des Mamelles à Dakar. Le chef de l’Etat s’est entretenu avec le Premier ministre japonais en marge de la Ticad VI à Nairobi.

Il est question de sécurité et de sûreté dans les eaux du Sénégal dans ENQUETE. Selon le journal notre pays n’est pas à l’abri de la criminalité maritime à cause de matériel de détection et d’intervention insuffisant et de la possibilité d’une attaque venue du golfe de Guinée. ENQUETE informe tout de même que depuis quelques années, l’acquisition de matériel et la formation se font simultanément pour parer à toute éventualité. Surtout que notre pays sera bientôt producteur de pétrole, ce qui est un facteur supplémentaire d’insécurité dans la mer.

Quelqu’un qui est dans le monde du pétrole est à la UNE de DIRECT INFO. Le journal trace l’itinéraire de Baba Diao Itoc. « Baba Diao Itoc fait partie de ces Sénégalais très influents. Homme d’affaires et ministre conseiller du président de la République Macky Sall, l’homme forge le respect et l’admiration » écrit DIRECT INFO qui parle de l’homme comme « un magnat du pétrole ».
 


Lundi 29 Août 2016 - 09:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter