(Revue de presse du mercredi 1er décembre 2016) Pas de situation d’insécurité au Sénégal mais un sentiment d’insécurité



(Revue de presse du mercredi 1er décembre 2016) Pas de situation d’insécurité au Sénégal mais un sentiment d’insécurité
Pour son premier numéro, le journal LES ECHOS parle de l’affaire du choix du ministère des Finances porté sur la Compagnie ouest-africaine de Crédit-bail (LOCAFRIQUE) pour être l’intermédiaire dans le cadre des activités de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank) chargée de chercher des financements pour le Plan Sénégal émergent (Pse). Selon le journal, le Sénégal étant membre de la banque n’avait pas besoin de passer par un quelconque intermédiaire qui doit aider à la structuration financière, mobiliser des ressources et appuyer à la négociation. Pour ce travail, LOCAFRIQUE reçoit une commission forfaitaire de 1,5% du montant levé à la signature de la convention de financement et pour la  phase 2, il reçoit une commission de succès de 2,7% payable au décaissement de la première tranche de financement. Selon le journal LES ECHOS, au Trésor public, des inspecteurs soupçonnent des pratiques peu recommandables au moment où le président Macky Sall prône et vit la gestion sobre et vertueuse. Du côté de LOCAFRIQUE, l’entourage de son DG Khadim Bâ accuse le ministre d’être derrière la fuite de ces informations. Mais pour ces proches du DG de LOCAFRIQUE, « ils ne vont pas tomber seuls si l’affaire connaît une autre tournure ».

Parlons développement avec le Conseil des ministres d’hier, le SOLEIL met en exergue l’instruction du chef de l’Etat au Premier ministre, dans une logique de consolidation de l’attractivité durable du territoire de mettre en place un cadre interministériel de gouvernance et de coordination des programmes de développement territorial notamment le Pudc, le Promovilles et le Puma, les projets urbains des collectivités territoriales et des agences de développement.

Dans le domaine des transports aériens, le directeur régional d’Emirates pour le Sénégal explique dans WALFQUOTIDIEN, les freins au développement des compagnies à bas coût (low cost). Christophe Leloup relève entre autres l’absence d’aéroports secondaires dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Il indexe aussi les nombreuses taxes et redevances. Selon Leloup, il y a quatre ans il y avait 100 milles francs Cfa de taxes sur un billet Dakar-Banjul. A côté de ces obstacles, le directeur régional d’Emirates pour le Sénégal parle aussi des difficultés des compagnies d’obtenir des autorisations pour des liaisons intra africaines.

Politique et justice. Barthélémy Dias informe VOXPOPULI, sera ce matin à la barre dans l’affaire de l’attaque de la mairie de Mermoz-Sacré-Cœur qui avait fait un mort. A la UNE du journal, on peut lire, « Barth enfonce Wade et met le chef de l’Etat devant ses responsabilités ». C’est parce qu’hier devant les journalistes, Dias a diffusé une vidéo où Macky Sall soutenait que « les vrais responsables sont ceux-là qui ont commandité ce qui s’est passé devant la mairie de Mermoz-Sacré-Cœur ». Mais aussi un entretien de Wade avec des journalistes où il reconnaissait avoir une sécurité de son parti et qu’à chaque fois des personnes sont envoyées pour dissuader les leaders de l’opposition de lancer des opérations de destruction. C’est le même titre à la UNE de SUDQUOTIDIEN, « Dias mouille Me Wade et rappelle à Macky Sall ses propos ». WALFQUOTIDIEN soutient pour sa part, « Barthélémy Dias convoque Macky au tribunal ». La TRIBUNE qui se demande si les commanditaires seront à la barre, pense que le public risque de rester sur sa faim de justice de vérité.

DIRECT INFO parle de l’autre activité phare des politiques de ce jeudi, la rencontre entre le chef de l’Etat et une partie de l’opposition. Selon le journal ce sont des alliés sans base qui sont hostiles à cette rencontre.

L’AS informe que le texte portant réforme sur la Cour suprême et qui allonge l’âge de la retraite de certains juges de 65 à 68 ans passe aujourd’hui en commission technique à l’Assemblée nationale.

Pour le débat sur l’insécurité avec les cas de meurtres enregistrés ces derniers jours, le DG de la Police nationale Oumar Mal soutient qu’il n’y a pas de situation d’insécurité au Sénégal mais un sentiment d’insécurité. Dans le QUOTIDIEN, le patron de la Police qui soutient que « la police ne peut pas gérer les violences domestiques » relève aussi une baisse    relative de la délinquance au Sénégal. Le contraire est avancé par le Général Mansour Niang, expert en sécurité et ancien directeur de l’administration pénitentiaire. Il soutient  dans l’OBS qu’il y a un problème d’insécurité et c’est lié à tous les pays en voie de développement, puisque le nombre de forces qu’il suffirait pour créer une atmosphère de sécurité de taille ne pouvant pas être réalisé.

Un mort devant les commissions administratives chargées de confectionner les cartes d’identité biométriques. L’AS dit après Guédiawaye, un homme, la soixantaine est décédé hier à Ziguinchor après un malaise en faisant la queue au niveau de la commission de la Préfecture.

Dans le domaine de la santé, le TEMOIN réalise un dossier sur la césarienne. Selon le journal, malgré l’engagement des autorités pour la gratuité, la césarienne frôle la grande arnaque.

LIBERATION informe qu’un second rapport explosif de l’IAAF est attendu le 9 décembre prochain. Le document selon le journal devrait accabler les autorités russes accusées d’avoir corrompu d’anciens responsables de l’IAAF pour couvrir des cas de dopage.

On termine avec ENQUETE et les présidentielles gambiennes de ce jeudi. Selon le journal, « le dictateur gambien a déjà envoyé les premiers signaux de sa détermination à rester au pouvoir, en coupant internet et les appels venant de l’étranger, en plus de mettre à l’écart les observateurs ».
 


Jeudi 1 Décembre 2016 - 08:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter