(Revue de presse du mercredi 7 décembre 2016) Maître GIMS à Dakar : Un cachet de 73 millions FCFA



La lutte contre le terrorisme occupe une bonne place dans la presse du jour en faveur de la tenue au Sénégal de la 3ème édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Dans l’OBS, on apprend que la Dic a récemment déjoué l’installation d’un centre d’entrainement de djihadistes au Sénégal en mettant la main sur des « djihadistes » sénégalais dont certains étaient de retour, d’autres en partance pour des zones de combats de Daesh et de Boko Haram. Dans VOXPOPULI, le Chef d’Etat-major des armées, le Général Cheikh Gueye a soutenu lors de ce Forum que de nombreux jeunes sénégalais piégés par l’immigration, pourraient être recrutés par les islamistes. Il alerte et donne l’exemple de Makhtar Diokhané qui a pu se former au niveau de Boko Haram, avant d’envisager de créer une cellule au Sénégal. Il  a été arrêté au Niger avant d’être transféré au Sénégal. Le SOLEIL informe qu’un panel qui a regroupé des chefs d’Etat a clos hier le Forum et à la fin des travaux, le président Macky Sall a plaidé pour une réponse globale contre la radicalisation.

DIRECT INFO parle des meurtres de sénégalais à l’étranger. Selon le journal, on ne parle que des victimes de meurtres dans le pays, mais nos compatriotes souffrent énormément à l’étranger. DIRECT INFO qui dénonce le laxisme des autorités sur ce dossier, soutient que ces compatriotes sont traités comme des esclaves en Arabie Saoudite, oubliés dans les prisons aux Usa, en Europe, au Brésil, abattus dans leur lieu de travail.

Dans le domaine de l’économie, on peut lire dans ENQUETE que la banque mondiale dénonce les lenteurs dans le processus de décaissement des engagements financiers pour le Sénégal. Le taux de décaissement est de 45% aujourd’hui même s’il y a une augmentation par rapport à 2015 où il était de 22,7%. Louise Cord, directrice des opérations de la banque mondiale soutient qu’il faut aller plus loin et pour se faire, il faut lever les différents goulots d’étranglement à la bonne exécution des projets. Mais dans LIBERATION Louise Cord explique tout de même que « l’efficacité est au cœur de la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent ».

En politique, l’AS informe que les retrouvailles Wade-Macky se précisent. Et en marge de la visite d’Etat qu’il va effectuer du 18 au 23 décembre prochain en France, Macky Sall pourrait faire un crochet à Versailles pour rendre visite à Me Abdoulaye Wade.

Ici au Sénégal, WALFQUOTIDIEN informe que l’opposition revient à la charge dans l’affaire Petro-Tim. Elle a écrit une lettre au chef de l’Etat pour lui demander de dire sous serment ce qu’il sait de cette affaire. La TRIBUNE résume les positions de l’opposition et des partisans du chef de l’Etat de l’Etat, sur le processus électoral, la croissance et la gestion des ressources. Titre à la UNE du journal, « C’est OK pour Macky, c’est KO pour Wattu ».

Dans le domaine de l’éducation, SUDQUOTIDIEN informe que l’Ucad sera paralysée pour 72h à compter de ce mercredi. Le Saes qui entame ce mouvement de grève, exige des autorités le respect des accords : paiement des motivations de recherches, livraison des infrastructures pédagogiques, mais aussi demande des audits sur les contrats de performances.

Dans un reportage intitulé, « Welcome to the New Gambia », Le QUOTIDIEN vous informe que le pays a changé de maître et ce changement est visible sur les visages et dans les moindres recoins de Banjul, « qui est libre comme le vent ».

Terminons avec le TEMOIN qui ne comprend pas pourquoi on débourse 73 millions FCFA (sans compter les billets d’avions, l’hôtel, la restauration, la location de voitures, la sécurité) pour faire jouer maître GIMS à Dakar le 25 décembre. Le journal rappelle l’échec d’un séminaire en matière de chirurgie high-tech, faute d’un billet d’avion pour un ingénieur japonais spécialiste en Smartphones qui devait venir au Sénégal pour organiser ce séminaire sur invitation d’un ancien étudiant sénégalais du pays du Soleil levant. Selon le journal, le cacher de maître GIMS est trop petit par rapport à sa stature mondiale mais trop gros pour un pauvre pays comme le Sénégal où le salaire d’un médecin n’atteint même pas la barre des … 400 000 francs.
 


Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter