(Revue de presse du mercredi 9 juillet 2017) : « Une saison de machettes »



(Revue de presse du mercredi 9 juillet 2017) : « Une saison de machettes »
La violence dans la campagne est à la UNE de la presse du jour. Mais parlons d’abord du drame du stade Demba Diop avec l’AS qui citant les dirigeants du stade de Mbour informe que le nombre de blessés est de 303 blessés. L’équipe de la Petite Côte a confié le dossier à Me Boucounta Diallo et aux avocats de Mbour afin de poursuivre cette affaire jusqu’au bout. Dans DIRECT INFO, le ministre des Sports Matar Bâ accuse l’opposition d’être derrière ceux qui réclament sa démission. « Ma démission n’est pas d’actualité » dit le ministre des Sports dans le journal.

Pour la violence dans la campagne, VOX POPULI informe que Rufisque bascule dans la violence après Grand-Yoff et Médina. Selon le journal, les partisans du ministre Oumar Guèye ont attaqué la caravane de « Mankoo Taxawu Senegaal ». LES ECHOS ajoutent qu’il y avait tout dans la caravane du ministre : armes à feu, coupe-coupe, machettes… En réaction, Déthié Fall déclare dans le journal que « pour la prochaine sortie, nous prendrons toutes les dispositions imaginables et inimaginables ». Face à cette situation, ENQUETE parle « d’une saison de machettes ». C’est le titre du livre poignant et édifiant de Jean Hatzfeld paru en 2003 sur le génocide rwandais. Le TEMOIN qui constate que « la campagne vire à la folie »  soutient que c’est le politique qui parraine la violence et l’indiscipline face à l’autorité de la police et de la gendarmerie affaiblie.

Pour l’organisation du vote, DAKARTIMES pense que la biométrie tant chantée pour justifier le prix exorbitant risque de se révéler comme un énorme leurre. Selon le journal, c’est le Directeur de l’Automatisation des Fichiers, Ibrahima Diallo qui est à l’origine de l’impasse à quelques jours des élections. Le journal promet de revenir sur le marché faramineux du contrat offert à Iris Corp qui confectionne ces cartes. Non loin de là la TRIBUNE soutient que « la biométrique freine le scrutin ». Selon le journal, les lenteurs dans la délivrance sont décriées jusqu’en Espagne, en Italie et en France. Et c’est ce qui risque de brouiller le scrutin du 30 juillet, écrit la TRIBUNE. Dans cette même veine, Mankoo Taxawu Senegaal dénonce « la gestion solitaire, vicieuse et dictatoriale du fichier électoral et de la carte électorale » dans SUDQUOTIDIEN.

L’OBS réalise un dossier sur le financement de la campagne des coalitions et formations politiques. Selon le journal, les forces en présence pour ces Législatives sont disproportionnées et cela repose sur le tapis, la lancinante question du financement des partis politiques. L’OBS parle de Benno Bokk Yakaar avec ses 3 milliards, Wade qui est revenu avec « un matelas financier », Tounkara des Indépendants Deffar Senegaal avec 3 millions et la coalition de Sonko qui dit n’avoir pas de budget.

Sur le terrain, le SOLEIL informe que le Premier ministre était hier à Cap Skiring où il a annoncé que le gouvernement travaille à la réouverture des hôtels fermés.

A la UNE du QUOTIDIEN, Seydou Guèye parle d’un deal entre Khalifa Sall et Idrissa Seck  pour un soutien du maire de Dakar au président du Rewmi pour la présidentielle de 2019.

LIBERATION parle de la demande de liberté provisoire introduite par les avocats de Khalifa Sall ce 17 juillet. Selon le journal, Khalifa Sall veut à défaut d’une liberté provisoire, d’être libéré le temps de la campagne ou d’être autorisé de sortie le jour du scrutin pour exercer son droit de vote.

Terminons avec WALFQUOTIDIEN qui informe que la décision du doyen des juges est intervenue tard dans la soirée concernant les 42 personnes incriminées dans l’affaire des fuites au Bac. Selon le journal, certains inculpés ont été remis en liberté, d’autres placés sous mandat de dépôt et ils risquent jusqu’à 5 ans de prison.
 
 


Mercredi 19 Juillet 2017 - 11:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter