(Revue de presse du samedi 20 août 2016) Mahammad Boun Abdallah Dionne répond à Abdoul Mbaye, Aïda Ndiongue se défend…



(Revue de presse du samedi 20 août 2016) Mahammad Boun Abdallah Dionne répond à Abdoul Mbaye, Aïda Ndiongue se défend…
Aïda Ndiongue et Mahammad Boun Abdallah Dionne occupent la UNE des journaux. Le Premier ministre répond à son prédécesseur suite à ses interpellations sur les contrats d’exploration et de production de pétrole et gaz. Dionne dit à Abdoul Mbaye à la fin de sa lettre et reprise par l’OBS qu’ « au total, il me semble important, si votre objectif est d’accéder à l’information du citoyen, que vous contacter les responsables du Comité national de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (CN-ITIE) afin de disposer de toutes ces données : un comité dont la création a été actée par vous-même, en tant que Premier ministre du premier gouvernement du Président Macky Sall ». Dans le SOLEIL, l’actuel Premier ministre précise que « notre administration n’a aucune difficulté à donner suite au droit d’interpellation mais le fonctionnement quotidien des institutions ne permet pas à chaque citoyen, individuellement pris, ou à chaque parti politique, d’interpeller de manière intempestive, parfois fantaisiste, le gouvernement ou le Président de la République dont les communications, messages et interventions obéissent à un protocole républicain bien établi ».

Dans l’affaire Aïda Ndiongue, ses avocats déclarent dans la TRIBUNE que la Cour suprême a outrepassé ses prérogatives parce qu’elle n’avait pas le pouvoir de prononcer une peine et que dans cette affaire il ne peut pas y avoir de confiscation car pour cela, il faut d’abord établir soit le délit de détournement, ou celui de soustraction de somme d’argent. Alors que pour ces avocats, leur cliente  n’est pas condamnée pour ces faits. En tout cas du côté du ministère de la Justice, à travers un communiqué, repris par ENQUETE, on est en phase avec l’arrêt ordonnant la confiscation des biens saisis de l’ex-sénatrice et dont la valeur est estimée à 20,6 milliards de FCFA. Le communiqué du ministère de la Justice explique que « cet argent sera utilisé à bon escient, comme pour les autres bien déjà recouvrés, afin de construire des hôpitaux, des centres de santé, des écoles, des pistes de production, des infrastructures routières et hydro-électriques ». En tout cas, un des avocats d’Aïda Ndiongue, Me Baboucar Cissé dans le POP ajoute déjà que « les 20 milliards d’Aïda Ndiongue ont été confisqués et utilisés par l’Etat ». Ceci explique peut-être cela, dans le QUOTIDIEN, Aïda Ndiongue déclare qu’elle n’a plus rien, qu’elle n’arrive plus à nourrir sa famille, ses comptes sont bloqués depuis 2014.

Parlons du Haut conseil des collectivités territoriales avec ENQUETE qui informe que sur les 38 listes déposées pour participer aux élections, 36 ont été finalement validées par le ministère de l’Intérieur et 2 ont été recalées. LIBERATION publie l’intégralité de la loi qui organise le Hcct. On apprend dans ce journal que par exemple le Bureau du Hcct comprend un Président, six vice-présidents, quatre secrétaires. Sa première session est convoquée par décret. Amsatou Sow Sidibé dans WALFQUOTIDIEN affirme que les missions du Hcct peuvent être prises en charge par d’autres structures qui existent déjà et elle soutient que les hauts conseillers n’auront aucune légitimité.

LIBERATION donne « les vraies raisons » du report de l’ouverture du tronçon de l’autoroute entre Diamniadio et Mbour qui était prévue hier. Selon le journal, c’est le chef de l’Etat qui était dans tous ses états quand il a appris les tarifs que Senac comptait proposer aux usagers qui a demandé le report de l’inauguration tant que la société ne revoit pas à la baisse ses prix. Officiellement, Senac informe que le report est intervenu sur instruction de l’Apix.

Le journal l’AS informe qu’après avoir sous-traité la fin des travaux de l’Aéroport de Diass aux turcs de Summa Limak, l’entreprise Saudi Bin Ladin a enfin dédommagé ses travailleurs. C’est avec un montant de 800 millions FCFA pour 340 agents. Ces derniers selon le journal, ont, en grande partie, intégré l’entreprise turque et cela peut-être le cas pour les autres avec l’avancement des travaux.

SUDQUOTIDIEN résume la participation du Sénégal aux JO : Encore l’hécatombe ! « Zéro médaille ! 22 athlètes dont 12 basketteuses. Aucune finale disputée. Le Sénégal rentre encore bredouille des Jeux Olympiques de Rio (5 au 21 août). Comme ce fut le cas, il y a quatre ans à Londres », écrit le journal.
 


Samedi 20 Août 2016 - 09:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter