(Revue de presse du vendredi 03 février 2017) Recyclage des retraités dans l’administration du « Macky »



(Revue de presse du vendredi 03 février 2017) Recyclage des retraités dans l’administration du « Macky »
Le chef de l’Etat et son ministre des Affaires étrangères bien présents dans la presse du jour. Macky Sall qui était l’invité de la 5ème édition de la rentrée citoyenne initiée par Amy Sarr Fall  a donné son parcours comme exemple à la jeunesse. Le SOLEIL qui en parle, rapporte que ce parcours « est un chemin fait de rêves, d’illusions mais surtout de foi et travail, dans l’idéal d’atteindre l’épanouissement, à force d’efforts ». Selon le journal, le chef de l’Etat a aussi lors de cette rencontre expliqué aux élèves et étudiants venus de divers horizons du pays, les axes majeurs du Plan Sénégal Emergent. A cette jeunesse, Macky Sall dira dans la TRIBUNE, « avec la volonté et la persévérance, vous pouvez repousser les frontières de l’impossible ». Dans le journal, il explique en tant que jeune et même homme politique, il n’avait pas ambition d’être président de la République. C’est seulement à l’Assemblée nationale lorsqu’on lui a imposé un combat qu’il a décidé de prendre en main son destin. Ce qui fait dire à WALFQUOTIDIEN, « Macky Sall est apparu comme un homme qui ne voulait jamais être président de la République ». Titre à la UNE du journal, « Macky, un président par accident ». L’OBS rapporte le tacle du chef de l’Etat. « Il y a des gens qui sont devenus fous, car ils veulent coûte que coûte devenir président de la République. (…). Alors qu’il y a des choses qui ne dépendent pas de l’homme ». Sur cette dernière sortie, Babacar Gaye du Pds soutient que tout homme politique sérieux doit avoir une saine ambition et la première de ses ambitions devrait être : diriger son pays. Il demande à Macky Sall d’avoir plus de respect pour les sénégalais qui l’ont élu. Mamadou Diop Decroix, dans le même journal soutient « je préfère ne pas réagir à ce type de considérations ».

Pourtant, DIRECT INFO retient que le président Sall ne se fait pas prier pour s’attacher les services de personnes du troisième âge dans son environnement immédiat, dans les Institutions, dans les Ambassades et autres structures étatiques. Selon le journal, le chef de l’Etat semble préférer les retraités à sa jeunesse.  C’est le recyclage des retraités dans l’administration du « Macky ».
 
Pour sa part Mankeur Ndiaye est revenu sur la défaite d’Abdoulaye Bathily à l’élection de la Commission de l’Ua. Dans l’AS, le ministre soutient que l’absence d’unité des Etats membres de la CEDEAO a entrainé l’élimination du Pr Bathily au troisième tour de l’élection. Cette situation constitue, pour lui, une menace pour l’unité de la communauté. Dans le QUOTIDIEN, Mankeur Ndiaye ajoute que ses voisins n’ont pas respecté leur engagement de voter pour le candidat du Sénégal. Dans SUDQUOTIDIEN et LES ECHOS, notre ministre des Affaires étrangères explique que « le Sénégal en tirera toutes les conséquences ». Pour autant dans le TEMOIN, Mankeur Ndiaye qui soutient que le Pr Bathily était le meilleur candidat, explique que « notre échec n’est pas synonyme d’un isolement diplomatique ».

Dans le domaine de la santé, ENQUETE dans un dossier trouve que « la panne de la radiothérapie et le sous-équipement du plateau technique n’est que la rançon du laxisme ». Mais au-delà de la panne de cette radio, c’est le système sanitaire sénégalais qui est en lui-même malade. Beaucoup de services dans les hôpitaux ont d’énormes difficultés pour fonctionner s’ils ne sont pas tout simplement fermés. La faute à un manque de personnels ou d’équipements.

VOX POPULI parle des enjeux des élections de représentativité syndicale. Selon le journal, avec les nouvelles règles, cette représentativité ne dépend plus du nombre mais de l’atteinte d’un seuil fixé à 10% des suffrages exprimés. Le journal explique qu’à l’issue de ces élections, le gouvernement ne signera plus d’accords qu’avec les quatre centrales les plus représentatives. L’enjeu est aussi financier, informe VOX POPULI car il y a aussi une manne de 600 millions à se partager.

LIBERATION expose le scandale sur le marché pour les travaux de pérennisation de la piste Niokolo Koba-Wouroli attribué à la Sénégalaise entreprise. Le rapport d’audit du ministère de l’environnement donne ces quelques détails : le décapage de dépôt de boue sur 20 cm facturé 42 000 FCFA au lieu de 1200 FCFA ou encore 75 000 FCFA/m3 pour le déblai en lieu et place de 3000 FCFA.
 


Vendredi 3 Février 2017 - 08:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter