(Revue de presse du vendredi 07 octobre 2016) Les menaces de Frank Timis



Frank Timis, le patron de Timis Corporation est à la UNE des journaux l’AS et le TEMOIN.  De longues interviews d’où les titres, « Frank Timis dit tout (ou presque) » dans le TEMOIN, « la grande confession de Frank Timis » dans l’AS. Dans ce dernier journal, il explique qu’il a rencontré Aliou Sall en Chine en 2010 par l’intermédiaire de Pierre Goudiaby. Timis informe qu’Aliou Sall n’a aucune action, il a juste un salaire qu’il reçoit mensuellement comme tout travailleur. Pour les attaques contre sa personne, Frank Timis donne rendez-vous aux sénégalais ce lundi car il va porter plainte contre 21 personnes. Par ailleurs, il dit qu’il va porter plainte contre l’opposition à Londres. Timis révèle aussi dans l’AS que le journaliste basé aux Etats-Unis qui a écrit contre lui qu’il a reçu de l’argent de Cosmos s’est rétracté. Frank Timis soutient qu’Abdoulaye Wade est un homme bien, il aime le pays et tout le monde l’aime, tout le contraire de Karim Wade qui est un criminel aux yeux des sénégalais. Dans le TEMOIN, il dit à propos de Karim Wade, « il était mauvais, il a baisé beaucoup de monde ». Pour l’exploitation, il promet d’investir « dans les 5-7 prochaines années, 15 000 milliards de franc au Sénégal ». Sur ce sujet, le journaliste-consultant, Adama Gaye déclare dans la TRIBUNE que Frank Timis et Aliou Sall n’osent pas mettre leurs pieds aux Etats-Unis au risque d’être arrêtés sur la base de la législation sur les actes de corruptions étrangères.
 
On reste dans ce business  du pétrole avec LIBERATION qui révèle que Trafigura, le négociant suisse qui brasse des milliards sur le continent a fait immatriculer toutes ses filiales locales aux Bahamas. Au Sénégal, le journal informe que Trafigura mise en cause dans l’affaire « Dirty Diesel » a racheté au Sénégal Vito Gaz, dix stations à Total en plus d’entrer dans le capital de la Senstock.

Parlons justice avec le QUOTIDIEN qui donne les détails de la réforme du Conseil supérieur de la magistrature (Csm). Selon le journal même si la réforme prévoit une augmentation du nombre de membres élus qui passe de trois à quatre magistrats, l’Exécutif reste toujours maître du Csm, contrairement aux aspirations de l’Ums.

WALFQUOTIDIEN parle pour sa part, du projet de loi portant réforme du Code pénal et du Code de procédure pénale, déjà adopté en Conseil des ministres et qui sera soumis aux députés pour vote. Pour les nouvelles dispositions en matière de lutte contre le terrorisme, les spécialistes interrogés par le journal reprochent au Sénégal d’avoir aveuglement transposé le régime d’exception ayant libre cours en France.

Parlons d’un autre projet de loi cette fois-ci de finances pour 2017. Pour l’OBS, la loi de finances 2017 résume, à elle-seule, toute l’ambition que le président Sall a pour le Sénégal. Selon le journal qui donne quelques détails, c’est une manne financière de 1200 milliards qui est prévue pour les investissements, 3,5 milliards pour la construction de la prison de Sébikotane, 10 milliards pour la construction de certains axes routiers et ponts, 11 milliards pour la construction de l’Université de Kaolack, 10 milliards pour deux lycées à Ngor et Yoff, 30 milliards pour les bourses de sécurité familiale et 10,7 milliards pour la couverture maladie universelle.

On reste dans le monde des finances pour parler avec le SOLEIL de l’envoi d’argents des migrants sénégalais. Selon une étude menée par une équipe de chercheurs sénégalais, le volume de transfert d’argent est estimé à plus de 966 milliards de Fcfa en 2013. Seulement l’étude préconise la formalisation des voies de transferts pour que l’économie puisse en tirer profit.

L’OBS se pose une question : « l’inauguration de l’aéroport de Diass, prévue dans 8 mois, risque-t-elle d’accuser un sérieux coup d’arrêt à cause de la brouille diplomatique présumée entre le Sénégal et la Turquie ? ». Le journal ajoute qu’il y a 5 mois, les autorités sénégalaises ne cachaient pas leur satisfaction après la signature du consortium turc Summa-Limak pour livrer l’aéroport en 2017.

En politique, après sa proposition de couplage des élections, ENQUETE informe que Djibo Kâ est seul contre tous. Sa proposition n’agrée ni l’opposition ni la majorité présidentielle. Dans une analyse la TRIBUNE présente d’ailleurs Djibo Kâ et Ousmane comme « des agents de diversion » qui veulent détourner les regards publics centrés sur le brûlant dossier du pétrole qui met en cause le président de la République et son jeune frère.

Pour la marche de l’opposition le 14 octobre, le POP informe que l’opposition et le pouvoir se braquent. Cela est tiré des propos des uns et des autres. Dans le journal, Malick Gakou déclare que « nous n’allons laisser à personne le droit, encore moins le choix, de délimiter nos droits constitutionnels » et le porte-parole du gouvernement, Seydou Gueye soutient que « l’Etat du Sénégal ne laissera pas passer le désordre ». Dans SUDQUOTIDIEN, on informe que l’opposition est bien déterminée à marcher et elle a déposé sa déclaration de marche chez le préfet.

Terminons avec DIRECT INFO qui informe que 40 parkings automobilistes sur le long de la Vdn sont sommés de déguerpir les lieux sans délai par la Descos. Selon le journal, c’est au moins 200 emplois de jeunes qui sont menacés de disparition.
 
 


Vendredi 7 Octobre 2016 - 09:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter