(Revue de presse du vendredi 14 avril 2017) Daaka : Le gouvernement tirera les conséquences de tous les manquements



(Revue de presse du vendredi 14 avril 2017) Daaka : Le gouvernement tirera les conséquences de tous les manquements
L’incendie au Daaka de Médina Gounass qui a fait plusieurs morts reste le principal sujet de la presse. Le bilan s’alourdit. Quand l’AS et SUDQUOTIDIEN parlent de 24 morts, la TRIBUNE de 28, le TEMOIN est à 29 morts. Le journal explique qu’en plus des 22 personnes mortes sur le coup, six autres personnes ont été retrouvées au nouveau marché du Daaka de Médina Gounass tandis qu’un des blessés hospitalisés à l’hôpital régional de Tambacounda a succombé à ses blessures. A cela il faut ajouter selon SUDQUOTIDIEN, « 102 blessés, 13 véhicules calcinés, du bétail et de l’argent brûlés ». L’OBS rapporte qu’au lendemain de cette journée d’horreur au Daaka, les populations ont accompagné 15 défunts à leur dernière demeure, en attendant l’identification improbable des huit autres corps sans vie qui sont à la morgue de l’hôpital régional de Tamba. Face à cette situation, l’AS pense qu’il aurait été judicieux que le chef de l’Etat décrétât un deuil national, ne serait-ce que pour rendre hommage aux victimes.

Sur les causes de cet incendie, le QUOTIDIEN informe que le khalife de Médina Gounass en recevant la délégation du gouvernement, a dans un langage diplomatique, déploré le non-respect par l’Etat des engagements pris, relativement à un approvisionnement correct en eau. Il a rappelé les conseils de développement tenus à Kolda et à Dakar pendant lesquels les problèmes étaient posés et des engagements pris, mais sans suite pour la plupart. C’est ce que dit le président du Comité d’organisation du Daaka de Médina Gounass dans VOX POPULI. Selon Saïdou Bâ, il y a des manquements et des méprises dans l’organisation et les dispositions à prendre. Dans ENQUETE, Saïdou Bâ ajoute que quand le feu a commencé, les citernes étaient vides. Il dénonce le comportement de beaucoup de conducteurs de camions citernes qui ont tous fui avec leurs véhicules pour les sauver laissant la panique derrière. Dans l’OBS, le commandant des sapeurs-pompiers, Khalil Mbathie reconnaît devant le ministre de l’Intérieur qu’il y a eu rupture en eau du site ce qui fait qu’en un moment, les citernes étaient acheminés à Médina Gounass pour une alimentation et revenir. Dans VOX POPULI, le ministre Abdoulaye Daouda Diallo soutient que le gouvernement tirera les conséquences de tous les manquements et défaillances notés. En attendant le SOLEIL informe que le chef de l’Etat sera aujourd’hui l’hôte du Daaka pour présenter les condoléances de la nation et une enveloppe de 10 millions de FCFA a été octroyée par les autorités pour aider les sinistrés en attendant des vivres et l’habitat.

D’autres sujets à la UNE des journaux. SUDQUOTIDIEN réalise un dossier sur les grossesses en milieu scolaire qui est une véritable tragédie. Le journal rapporte que même si dans cette tragédie les enseignants sont pointés du doigt comme acteurs de ces grossesses, la direction médicale scolaire souligne qu’ils ne sont que la face visible de l’iceberg puisqu’ils représentent 2% contre plus de 60% entre pairs, à savoir élève et élève ou élève-étudiants.

LIBERATION parle « d’un jeu trouble autour d’une mission d’audit et de contrôle de la BCEAO au niveau de Wari ». Des co-fondateurs de Wari (Seyni Camara, Malick Fall et Cheikh Tague)  avaient adressé une correspondance avec ampliation au ministre de l’Economie, des Finances et du Plan pour l’informer de certains faits relatifs au dossier Wari. Il s’en est suivi une mission de contrôle et d’audit dont ils n’ont plus de nouvelles. Dans la lettre de ces co-fondateurs adressée au gouverneur de la BCEAO, il est relevé une coïncidence entre le début de la mission et un don à la Fondation de madame Alassane Ouattara.

En politique WALFQUOTIDIEN note que Macky Sall est dans une mauvaise posture avec les querelles à l’Apr, les velléités de listes parallèles chez les alliés et l’unification de l’opposition. Le journal pense que le dialogue national peut-être la botte secrète du président.

Pour les prochaines législatives, Me Wade annonce dans la TRIBUNE qu’il n’a pris aucune décision pour conduire la liste de l’opposition. Il s’est inscrit hier sur les listes électorales au consulat du Sénégal à Paris.

Terminons avec DIRECT INFO qui nous plonge dans la ferveur religieuse à la veille de Pâques. Le journal nous parle aussi du « ngalakh » ce met qui tisse les liens entre la communauté chrétienne et la communauté musulmane. Pour certains, il symbolise le dialogue islamo-chrétien au Sénégal.
 


Vendredi 14 Avril 2017 - 11:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter