Rewmi-APR: la guerre continue à l'Assemblée nationale, Daouda Dia "refuse de se faire contrôler" par Thierno Bocoum qui demande l’arbitrage de Moustapha Niasse

C’est l’atmosphère des plus tendus qui prévaut actuellement au niveau de l’hémicycle. Le frère d’Harouna Dia présumé financier du président Sall dans l’opposition, Daouda Dia qui n’est autre que le premier questeur de l’Assemblée nationale ne répond même pas à la lettre de la commission de comptabilité et de contrôle en charge de la « transparence dans la gestion des deniers publics » que dirige Thierno Bocoum. Le responsable des jeunes de Rewmi d’Idrissa Seck qui demande au président Moustapha Niasse d’arbitrer.



Rewmi-APR: la guerre continue à l'Assemblée nationale, Daouda Dia "refuse de se faire contrôler" par Thierno Bocoum qui demande l’arbitrage de Moustapha Niasse
« Il est porté à la connaissance de l’opinion nationale que la commission de comptabilité et de contrôle de l’Assemblée nationale dont je suis le président n’a pas pu exercer sa mission de gestion des crédits inscrits au budget de hémicycle », souligne le responsable des jeunes de Rewmi d’Idrissa Seck Thierno Bocoum qui précise que le budget de l’Assemblée nationale a été arrêtée par la loi de finance initiale 2013 à la somme globale de 16.550.783.580 F CFA dont 7.857.863.800 F CFA sont destinés aux dépenses du personnel et 7.108.345.000 F CFA pour le fonctionnement.
 
« Ce montant a été géré sans aucune forme  de contrôle interne ni externe » fulmine le député qui brandit l’article 31 du règlement intérieur de la représentation nationale qui assujettit les missions de sa commission de comptabilité et de contrôle de délivrance par les questeurs à la fin de chaque trimestre d’un rapport écrit portant notamment sur l’état des crédits et la situation des dépenses.
 
« Une obligation qui n’a pas été respectée par les questeurs au premier trimestre de la session ordinaire de l’année », selon Thierno Bocoum qui annonce que « la commission réunie sur convocation de son président a alors décidé de saisir par écrit le 1er questeur de l’Assemblée nationale pour lui rappeler les dispositions du règlement intérieur avec ampliation au président, Moustapha Niasse qui est l’ordonnateur du budget » dans un communiqué où le rewmiste indique que « la lettre en date du 8 janvier 2013 rédigée aux fins de permettre à la commission de comptabilité et de contrôle d’exercer son travail conformément aux dispositions de la loi, n’a reçu aucune réponse ni du questeur ni du président de l’hémicycle ».  

Le même homme qui est resté « muet » face aux différentes saisies en date du 6 décembre 2012 et du 9 avril 2013 à l’endroit des autorités de l’Assemblée pour les besoins d’une réunion pour le démarrage des audits » des « contrôleurs » de l’Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP) qui avaient fini par lâcher prise


Samedi 5 Octobre 2013 - 13:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter