Riposte Ebola : Osiwa mise sur les acteurs des profondeurs et créé un maillage du territoire



Les radios communautaires s'impliquent dans la riposte contre le virus hémorragique Ebola. En présence de Mr Alioune Dramé, Directeur de la communication au ministère de la Santé et de l'action sociale, représentant de la SNEIPS, M. Talla Dieng président de l'Urac et Mme Awa Ba la représentante de la fondation OSIWA s'est tenue hier, la cérémonie de la journée nationale de partage avec les acteurs des radios communautaires du Sénégal sur la lutte contre cette pandémie.

OSIWA en partenariat avec le ministère de la Santé et le SNEIPS sont plus que jamais prêts a appuyé les radios communautaires sur leur noble mission d'information, mais aussi d'éducation qui se fera dans les coins et recoins du Sénégal. Ce sera à travers des émissions, et même des spots publicitaires.

Cette rencontre partagera des informations avec les radios communautaires, mais aussi renforce leurs capacités sur la sensibilisation au quotidien ainsi que les mesures à prendre en cas de suspicion sur un malade. L'Union des radios communautaires (Urac) par l'aide de la SNEIPS et d'OSIWA à travers ce programme de 219 émissions compte sensibiliser la population sur la maladie avec des productions en langue locale.
Avec son réseau de 73 radios réparties dans les 45 départements, les initiateurs du projet comptent attendre un total de 13140 spots si chaque station en diffuse 3 par jours. Les spots ont déjà été enregistrés dans 9 langues locales, wolof, diola, al-pulaar, sérère, manding, malinké, peulh, soninké et francais. Les radios communautaires choisiront la langue la plus parlée dans leurs localités.

Les radios communautaires sont donc par excellence, le canal le plus approprié pour atteindre nos populations dans leurs entières diversités, de par leur proximité géographique et linguistique avec ses dernières. Il s'agira non seulement de partager avec eux sur les symptômes de la maladie, les mesures hygiène et de prévention, mais ce programme va aussi être en co-production avec les autorités coutumières et religieuses ainsi que les journalistes et animateurs communautaire.

L'exercice va aussi inclure l'identification de toutes les pratiques culturelles, religieuse, culinaires, médicales... qui concourent à protéger de la maladie. C'est dans ce contexte qu'OSIWA a noué ce partenariat avec le ministère de la Santé. Il faut dire que ce programme a été ficelé bien avant le premier cas d'Ebola enregistré au Sénégal.

Ndeye Diakhou Bâ

Vendredi 17 Octobre 2014 - 12:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter