Robert Brazza « Dakar, un condensé d’Afrique en miniature toujours en effervescence….»

Depuis le début de l’année 2016, toute l’équipe de «+D’Afrique live» parcourt le continent et tourne des émissions-évènements dans les conditions du live. Après kinshasa, Dakar est le prochain sur le programme que Canal+ a présenté, ce vendredi 1er avril 2016, dans ses locaux.



Ce projet intitulé : « +D’Afrique live A….Dakar », permet à Canal+ « D’être au plus près,  à côté de ses téléspectateurs, qui ont été les initiateurs de +D’Afrique, et  qu’on a continué avec des programmes comme Réussite, le parlement du rire, Afrique investigation», a expliqué  Frédéric Dezert, l’un des présentateurs du projet.

Il ajoute : «aujourd’hui,  si on est ici à Dakar avec plus d’astuces,  c’est une nouvelle mouture de cette émission qui a maintenant 5 ans. Et, on a décidé de venir au plus près des téléspectateurs, c’est-à- dire que les enregistrements se font sur  le continent africain ».
L’animateur de Canal+, Robert Brazza propose une découverte d’une grande ville africaine, de la scène artistique et provoque des rencontres en plateau entre artistes provenant des univers de la musique, des arts et spectacles.

 Ainsi, explique-t-il sur le choix de notre pays : «L’actualité est très forte au Sénégal, nous avons Baba Maal avec son nouvel album qui marquera son grand retour sur la scène internationale ; Coumba Gawlo, qui a fait 25 ans de carrière ».

Et de poursuivre : «Pourquoi Dakar ? Par ce qu’il y a cette nouvelle scène avec Adji Ouza, avec des artistes qui aujourd’hui tiennent le haut du pavé, mais aussi, il y a la fibre hip-hop qui a sa place ».

 De même,  « à Dakar il y’ aura l’évènement de la ‘biennale’  qui s’ouvre début Mai, et notre volonté était d’être dans cet évènement culturel qui porte l’Afrique depuis maintenant 15 ans. Mais en dépit de tout ça, il y a dans cette ville un condensé de l’Afrique, et elle est toujours en effervescence  ».
 
Cela, affirme-t-il «c’est pour montrer l’Afrique telle qu’elle est : une sorte d’incursion ; de prendre la main du téléspectateur  et de donner la place à un continent qui parfois, est en dessous de l’actualité alors qu’il s’y passe des choses ».
 

Aminata Diouf(stagiaire)

Vendredi 1 Avril 2016 - 17:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter