Ronaldo, orphelin de Benzema

Même s'il a réussi à marquer mardi soir à Turin, le Real Madrid a malgré tout été battu (2-1) par la Juventus en demi-finale aller de la Ligue des champions. Mais dans le jeu, les Merengues ont souffert, offensivement comme défensivement, et jamais l'ombre de Karim Benzema n'avait autant plané sur le triple Ballon d'Or...



 
Historiquement, toutes les grandes équipes et leurs stars ont eu besoin de guerriers et de joueurs de l'ombre pour briller. A l'échelle hexagonale, on se souvient que Zinedine Zidane avait notamment pu compter sur Didier Deschamps ou Claude Makelele pour pouvoir s'exprimer pleinement à la création, et cette vérité est évidemment encore valable dans le football moderne. Même le grand Real Madrid n'échappe pas à cette règle.
Mardi soir, à l'occasion de la défaite (2-1) de la Maison Blanche sur le pelouse de la Juventus de Turin en demi-finale aller de la Ligue des champions, les diverses lacunes affichées par les Espagnols ont été criantes, sans rien enlever toutefois à la prestation d'ensemble des Bianconeri. En défense, Raphaël Varane et Pepe ont montré leurs limites, privés d'un Sergio Ramos calamiteux en qualité de récupérateur-distributeur. L'absence de Luka Modric dans l'entrejeu a fait mal aux Merengues, comme celle de Karim Benzema aux avant-postes.
 

Morata dans le mauvais camp

Et c'est Cristiano Ronaldo qui en a fait les frais... Depuis plusieurs mois, l'international portugais n'a pas cessé de prendre la défense de son coéquipier français lorsque le besoin s'en faisait sentir, de louer ses qualités, et leur entente sur les pelouses comme en dehors est évidente. CR7 apprécie tout particulièrement de pouvoir évoluer au côté de l'ancien Lyonnais, qui lui a toujours permis de briller. L'international tricolore est un joueur capable de passer, de créer des décalages, de partir de loin, de décrocher, et est surtout un altruiste de premier ordre.
Forcément, Ronaldo et son ego apprécient, et c'est toute l'équipe qui se porte mieux lorsque Karim Benzema est présent. Mardi soir, Isco, Gareth Bale, James Rodriguez puis Jesé ont bien tenté d'aider les Madrilènes à recoller, mais l'inspiration collective n'était pas au rendez-vous. De l'autre côté des Alpes, Cristiano Ronaldo est souvent apparu perdu dans ses courses, ou pas servi comme il en a l'habitude, par un certain Karim Benzema.
Or, au Real, aucun autre joueur n'affiche un profil similaire à celui du Français. Mardi soir, il y avait bien un joueur formé à la Maison Blanche qui aurait pu aider le dernier Ballon d'Or à briller, c'est Alvaro Morata, mais il portait les couleurs adverses. Au retour à Santiago-Bernabéu le 13 mai, Karim Benzema devrait être là, et Cristiano Ronaldo ne s'en portera que mieux...
SPORT.FR


Mercredi 6 Mai 2015 - 10:31



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter