Russie: grève de la faim de Nadejda Tolokonnikova, une des Pussy Riot en prison

En Russie, après la publication d’une lettre ouverte de Nadejda Tolokonnikova, l’une des Pussy Riot, dénonçant ses conditions de vie dans la colonie pénitencière de Mordovie, l’administration russe s'est défendue ce mardi 24 septembre dans la presse. Nadejda Tolokonnikova purge depuis août 2012, une condamnation à deux ans de prison, pour avoir chanté une prière punk contre Vladimir Poutine dans la cathédrale du Christ sauveur de Moscou. Elle a entamé une grève de la faim.



Nadejda Tolokonnikova, en avril 2013, lors d'une comparution devant la cour de Zubova Polyana en Mordovie. AFP/Maksim Blinov
Nadejda Tolokonnikova, en avril 2013, lors d'une comparution devant la cour de Zubova Polyana en Mordovie. AFP/Maksim Blinov
Pour l’administration pénitentiaire russe, Nadejda Tolokonnikova n’a pas à se plaindre de son sort. Elle travaille, comme les autres prisonnières, dans un atelier de couture de 8 h à 16 h ou de 16h à minuit. Une affirmation justement contestée par la jeune femme, qui dénonce des journées de travail sans fin, pour pouvoir réaliser des objectifs de production toujours plus importants.

En mai dernier, son avocat s’était déjà plaint des conditions de vie de sa cliente, des brimades, des pressions sur les détenues avec lesquelles elle avait de bonnes relations. Nadejda a alors été transférée dans un endroit «sécurisé» dit l’administration, «une cellule de 7 mètres carrés avec un lit, un réfrigérateur et un wc».
Le directeur adjoint du camp, Iouri Kouprionov, dément l’avoir menacée de mort, lorsqu’elle s’est plainte des conditions d’hygiène, des cadences de travail, des brimades et des coups reçus par ses codétenues. La menace était indirecte il est vrai… On lui aurait fait comprendre qu’à cause de ses plaintes, le régime allait se durcir pour l’ensemble des détenues, qui chercheraient alors à se venger sur elle.
 
Que deviennent ses autres compagnes des Pussy Riot ?

 
Rappelons que l’une des trois Pussy Riot, Ekaterina Samoutsevitch, a été libérée après avoir exprimé des remords. La troisième, Maria Aliokhina, également condamnée à deux ans de prison, a déposé une requête pour purger sa peine en résidence surveillée. Le tribunal de Berezniki, en Sibérie, doit se prononcer jeudi 26 septembre.

Source : Rfi.fr

 

Dépéche

Mercredi 25 Septembre 2013 - 12:53




1.Posté par Laetitia le 27/09/2013 10:23
Bonjour,
Je soutiens Nadejda dans son combat.
Tout le monde peut ne pas être d'accord avec les actions des Pussy Riot mais nous sommes tous obligés de nous mobiliser contre ces conditions de détention qui sont d'un autre âge ! La privation de nourriture, le travail forcé, les violences sont concevables pour le moyen âge mais pas au 21° siècle dans un pays qui fait partie du conseil de sécurité de l'ONU !!!

J'ai signé une toute nouvelle pétition pour soutenir Nadejda dans son combat !
http://www.mesopinions.com/petition/politique/soutien-aux-pussy-riot-nadejda-tolokonnikova/10696

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter