Russie : un nouvel attentat meurtrier, Poutine renforce la sécurité dans tout le pays



A la suite de ce deuxième attentat, le président russe Vladimir Poutine a ordonné un renforcement des mesures de sécurité dans toute la Russie. Vladimir Poutine « a donné au comité national antiterroriste une série d’instructions pour renforcer la sécurité sur l’ensemble du territoire de la Fédération de Russie », a déclaré ce lundi un porte-parole du comité, cité par les agences russes.
 
Des mesures immédiates puisqu’à la suite d’un bagage abandonné, la Place Rouge de Moscou a été évacuée et interdite.
 
« Pour le second jour de suite, nous sommes en train de mourir - c’est un cauchemar », a dit une femme près des lieux de l’attentat, où le trolley bleu et blanc était réduit à une carcasse, le toit arraché par l’explosion, au milieu d’une chaussée jonchée de cadavres. Aucune des attaques n’a été revendiquée pour le moment. Les autorités ont déclaré que 37 personnes avaient été hospitalisées après l’attaque de la gare et 23 autres après l’explosion dans le trolleybus.
Un bilan humain revu à la hausse au fil des heures
 
Vladimir Markine a dans un premier temps fait état d’un bilan de 10 morts, selon « des données préliminaires », confirmant un bilan donné par des représentants des forces locales de la région de Volgograd (ancienne Stalingrad), ville située non loin du Caucase russe instable. « Le 30 décembre à 8H23 (heure locale) une explosion s’est produite dans un trolleybus. D’après les premiers éléments, l’explosion a fait des morts et des blessés » avait dans un premier temps indiqué un communiqué du ministère des Situations d’urgence de Russie.
 
Mais quelques heures plus tard, selon "la voix de la Russie" le bilan s'avère plus lourd. Citant le vice-gouverneur de la région de Volgograd Vassili Galouchkine, "la voix de la Russie" évoque 23 morts et une quinzaine de blessés. Un bilan proche de celui, revu à la hausse, par les autorités officielles. Celles-ci évoquent désormais 14 morts et 28 blessés. La plupart des blessés souffriraient avant tout de brûlures.
 
Il est vrai que les premières images disponibles montraient la carcasse du trolleybus largement éventrée sur la moitié de sa longueur et son intérieur littéralement pulvérisé, laissant craindre que le bilan ne s’avère au fil des heures beaucoup plus lourd qu’annoncé en début de journée. Selon les premiers constats des enquêteurs sur place, les fenêtres des immeubles environnants ont été soufflées jusqu’au cinquième étage.
 
L’explosion a eu lieu a 08H23 locales (04H23 GMT), a précisé le ministère des Situations d’urgences dans un communiqué. Et à environ 3 kilomètres de celui de dimanche. Selon les images montrées à la télévision russe, le véhicule a été totalement détruit par la puissante explosion.
 

Les Echos.fr

Lundi 30 Décembre 2013 - 11:34



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter