Rwanda : L'opposition sans avocat pour bloquer une réforme de la Constitution

Au Rwanda, le Parti démocratique vert, une petite formation d'opposition, tente d'empêcher en justice une éventuelle réforme de la Constitution ouvrant la voie à un 3e mandat pour Paul Kagame. Et elle dénonce ses difficultés à trouver un avocat acceptant de le représenter dans cette affaire. Cette action en justice à la Cour suprême intervient alors que, dans ce pays sans véritable opposition et souvent critiqué en matière de liberté d'expression, quelque 3,7 millions de Rwandais ont demandé par voie de pétition au Parlement une telle réforme.



Le parti au pouvoir souhaite modifier la Constitution afin de permettre au président rwandais Paul Kagame de biruger un troisième mandat. REUTERS/Tiksa Negeri
Le parti au pouvoir souhaite modifier la Constitution afin de permettre au président rwandais Paul Kagame de biruger un troisième mandat. REUTERS/Tiksa Negeri
Coup sur coup, ce sont six avocats qui ont refusé de se saisir du dossier, affirme le Parti démocratique vert. Mercredi 8 juillet, alors que la formation d'opposition devait plaider pour la première fois sa cause à la Cour suprême, leur avocat leur a fait faux bond.

Jean-Claude Ntezimana, est le secrétaire exécutif du parti. « On l'a appelé par téléphone et il a dit qu'il n'allait pas venir, qu'il avait peur de défendre le parti d'opposition. Même avant, on avait rencontré cinq avocats. Ils ont accepté d'étudier notre plainte mais après ils ont dit qu'ils ne pouvaient pas défendre notre parti. »

Pour le Parti démocratique vert, l'article 101, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels est « intangible ». Et il compte bien le prouver en justice.

Si Jean-Claude Ntezimana, dit ne pas avoir de preuves de menaces ou de pressions à l'encontre de ces avocats, il assure que ces derniers craignent d'attaquer une réforme portée par le parti au pouvoir. « Certains ont dit qu'ils ont peur de s'opposer à l'Etat, disant que [cette réforme] est la volonté du gouvernement. D'autres disent qu'ils ne veulent pas s'opposer à des millions de Rwandais et il y en a un autre qui a dit qu'il ne veut pas salir son nom ».

Le Parti démocratique vert avait demandé à la Cour suprême six mois pour retrouver un avocat. Un délai jugé trop long par la haute juridiction qui a repoussé l'audience au 29 juillet prochain.


Jeudi 9 Juillet 2015 - 07:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter