Rwanda: deux hauts gradés officiellement inculpés

Au Rwanda, deux des trois hauts gradés arrêtés récemment pour crimes contre la sécurité de l'Etat ont été présentés ce vendredi 29 août devant un tribunal militaire, qui leur a signifié leurs chefs d’inculpation. La même semaine, un autre ancien cadre de l'armée, le capitaine retraité David Kabuye, avait lui aussi été arrêté.



Tom Byabagamba, ex-chef de la garde présidentielle, le 29 août 2014, en compagnie de son avocat, AFP PHOTO/Stéphanie Aglietti
Tom Byabagamba, ex-chef de la garde présidentielle, le 29 août 2014, en compagnie de son avocat, AFP PHOTO/Stéphanie Aglietti

Le général Rusagara et le colonel Byabagamba ont été arrêtés respectivement le 18 et le 23 août. C’est en tenue militaire, entouré de quelques proches, dont Marie Baine, son épouse que Tom Babyagamba a comparu. L’ancien chef de la garde présidentielle est accusé, tout comme le général à la retraite Frank Rusagara de propagation de rumeurs en vue de soulever le peuple contre le gouvernementetd'activités visant à ternir l'image du pays. Le général Rusagara est également accusé de port d’arme illégal.

« Il n'y a pas de preuves »

Le colonel Byabagamba doit quant à lui répondre en outre d’obstruction à l’enquête de même que le chauffeur du général Rusagara. Celui-ci, le sergent retraité François Kabayiza, a été arrêté en même temps que le général, et a également comparu ce vendredi, selon un communiqué du ministère de la Défense publié vendredi soir. « Cette mise en accusation de mon client est injuste [...] il n'y a pas de preuves », a déclaré à RFI à l’issue de l’audience Valéry Musore Gakunzi, l'avocat du colonel Byabagamba.

Renvoi au 5 septembre

Le capitaine retraité David Kabuye, a lui été entendu jeudi par le parquet d’un tribunal civil, selon le porte-parole du parquet Alain Mukuralinda. Le tribunal a renvoyé au vendredi 5 septembre l'audience de demande de remise en liberté pour les trois hommes, le sergent Kabayiza n'ayant pas d'avocat.


Rfi.fr

Samedi 30 Août 2014 - 10:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter