Rwanda: le chanteur Kizito Mihigo condamné à 10 ans de prison

Au Rwanda, à Kigali, Kizito Mihigo, un chanteur très populaire, a été condamné ce vendredi à 10 ans de prison. Ce rescapé du génocide autrefois proche du régime avait été arrêté en avril. Il a notamment été reconnu coupable de « complot contre le gouvernement » du président Kagame.



Kizito Mihigo s'adresse aux médias à Kigali, le 15 avril 2014, après l'annonce de son arrestation la veille. AFP PHOTO / STEPHANIE AGLIETTI
Kizito Mihigo s'adresse aux médias à Kigali, le 15 avril 2014, après l'annonce de son arrestation la veille. AFP PHOTO / STEPHANIE AGLIETTI

Kizito Mihigo a été reconnu coupable de « complot contre le gouvernement » du président Kagame, de « formation d'un groupe criminel » et « d'entente en vue de commettre un assassinat » en lien avec le parti d’opposition en exil du RNC et les rebelles hutus des FDLR. Certains de ses membres sont accusés de participation au génocide. Faute de « preuves », le juge n'a en revanche pas retenu l'accusation de complicité dans un acte terroriste. Avec trois autres prévenus il était notamment accusé de préparer des attentats pour venger la mort d'un fondateur du RNC, Patrick Karegeya, ex-chef des renseignements rwandais retrouvé mort étranglé en Afrique du Sud début 2014.

C’est avec un visage encore plus fermé qu’à l’accoutumée que Kizito Mihigo est arrivé au tribunal, vendredi 27 février. Et c’est impassible qu’il a écouté le verdict des juges : 10 ans de prison. Une peine plus clémente que ce que requérait le Parquet qui demandait la perpétuité. La Cour a justifié sa décision par le fait que Kizito Mihigo avait plaidé coupable et demandé pardon.

A ses côtés, un soldat démobilisé accusé d’avoir acheté des grenades devant servir à un attentat, a écopé de 30 ans de prison. Un journaliste, Cassien Ntamuhanga, a quant à lui été condamné à 25 ans de réclusion. A la sortie de l’audience, face aux journalistes présents, ce dernier a crié à l’injustice : « C’est incroyable, c’est une honte, ce n’est pas une justice. » Joint par RFI, son avocat a assuré que son client allait faire appel. Seule une jeune femme, Agnes Niyibizi accusé d’être la trésorière du RNC a été acquittée.

Selon les observateurs au-delà de ces accusations, Kizito Mihigo autrefois très proche du régime paierait aussi pour une de ses chansons diffusées peu de temps avant son arrestation et qui évoquait les crimes dont est accusé le FPR au pouvoir. Selon les analystes, ce procès montrerait la fébrilité d’un régime qui à l’approche d’une présidentielle tend à museler de plus en plus les voix dissonantes.


Rfi.fr

Samedi 28 Février 2015 - 14:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter