Rwanda: méfiance des avocats après l’annonce de Kayumba Nyamwasa

Mardi 9 juillet sur RFI, le général rwandais Faustin Kayumba Nyamwasa, ancien homme-clé du régime Kagamé, aujourd'hui en exil, s'est dit prêt à être entendu par la justice française dans l'enquête sur l'attentat contre l'avion du président Habyarimana en 1994, l'événement qui avait déclenché le génocide. Le général rwandais accuse l'actuel président Paul Kagamé, à l'époque leader de la rébellion du FPR, d'en être responsable. L'équipage de l'avion était français, d'où l'existence d'une instruction en France. Instruction menée actuellement par les juges Trévidic et Poux. Depuis 2006, le général Kayumba Nyamwasa fait l'objet d'un mandat d'arrêt, émis par le juge Bruguière, mais n'a jamais été entendu.



Le général en exil Kayumba Nyamwasa lors d'une audience au tribunal de Johannesburg, le 10 juillet 2012. AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN
Le général en exil Kayumba Nyamwasa lors d'une audience au tribunal de Johannesburg, le 10 juillet 2012. AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN

Dans l'interview qu'il a donnée à RFI, l'ancien chef d'état-major rwandais affirme qu'il n'a jamais fui l'instruction française. Qu'à la sortie du rapport Bruguière, il était ambassadeur en Inde, et qu'aujourd'hui encore, il est prêt à parler à la justice française de l'attentat contre l'avion du président Habyarimana. Il dit avoir des révélations à faire, mais ne veut en parler qu'aux juges. Dans l'enquête française sur cet attentat, sept personnalités proches du régime Kagamé sont mises en cause.

L'un de leurs avocats, maître Leon Lev Forster, s'étonne de cette soudaine proposition de coopération : « Faire des révélations alors que l’instruction dure depuis des années, vingt ans après les faits, je crois qu’il faut prendre tout cela avec beaucoup de précautions ».

Maître Laurent Curt est l'avocat de la famille du pilote français de l'avion d'Habyarimana. Il partage la méfiance de son collègue de la défense. Echaudé par plusieurs volte-face de témoins dans ce dossier, il craint que le général rwandais cherche à régler des comptes avec le président Kagamé.

« Je ne voudrais pas que notre vieille instruction devienne un champ de bataille qui permette un règlement de compte entre Rwandais, dit-il. Et ce monsieur nous annonce aussi des preuves, c’est surtout ça qui m’intéresse évidemment, mais pour l’instant il ne les a pas définies ».

Maître Curt s'attend à ce que les magistrats prennent l'initiative d'entendre le général Kayumba, et envisage de le demander si tel n'était pas le cas.

La présidence rwandaise a fait savoir qu'elle ne souhaitait pas commenter les accusations des deux dissidents.
Source: RFI



Mercredi 10 Juillet 2013 - 15:16



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter