Rwanda: que contiennent les documents déclassifiés par la France?

On en sait un peu plus sur les documents que l'Elysée a déclassifiés. Ils portent sur les relations avec le Rwanda entre 1990 et 1995, soit avant, pendant, et après le génocide. Kigali a salué cette décision tout en affichant une certaine prudence. Les relations entre la France et le Rwanda sont tendues ; le président Paul Kagame accuse la France d'avoir participé à l'exécution du génocide, ce que nie Paris. Le ministre rwandais de la Justice espère que cette déclassification sera « totale ». Elle l'est, assurent des proches de François Hollande à RFI



Ni la présidence ni le gouvernement rwandais n’ont pas été avertis de la déclassification. «Cela n’a rien à voir avec Kigali, cette mesure n’est pas d’ordre diplomatique », soutient l’entourage de François Hollande. Elle correspond à la conception de l’histoire et de la mémoire du président français.
« Rien n’a été ôté des cartons, l’intégralité des documents est déclassifiée », ont confié à RFI des proches du président français. Pourtant, douze mois se sont écoulés depuis la décision de François Hollande. « C’est fastidieux, il faut tout de même consulter les documents un à un pour vérifier, au nom de la protection des personnes et des données d’ordre privé », explique l’Elysée.
Le fonds Rwanda sur cette période porte sur plusieurs centaines de documents, peut-être un millier. Il y a des coupures de presse, mais ce qui intéresse les historiens, ce sont surtout les notes du conseiller Afrique et du chef d’état-major particulier de François Mitterrand. « Tous les documents sont aux archives nationales. L’Institut François Mitterrand ne possède aucun document qui n’ait pas été versé aux archives », assurent des proches de François Hollande.
 «Cela permettra d’évacuer des fantasmes»
Des comptes rendus de réunions révèlent des points de vue parfois divergents entre certains ministres, mais dans l’ensemble, affirme l’Elysée, ils n’ont pas de caractère compromettant sur le rôle de la France durant, avant et après le génocide des Tutsis . « Cela permettra d’évacuer des fantasmes. Ceux qui espèrent trouver des complots seront déçus », insiste un proche de François Hollande.
Peu de documents portent sur l’opération Turquoise. Les détails de l’opération controversée sont plutôt dans les cartons du ministère de la Défense. Ils sont en cours de déclassification avec les documents du ministère des Affaires étrangères. Mais le processus est plus laborieux et prend plus de temps.

rfi.fr

Jeudi 9 Avril 2015 - 13:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter