S’il y avait élection aujourd’hui, ce serait le second tour entre Macky et Karim : les chiffres à l'appui

« J’ai dit que Karim est en stage chez Macky qui lui donne la popularité. Il était un peu populaire mais en le mettant en prison, en le brimant, comme beaucoup de sénégalais n’aiment pas l’injustice, aujourd’hui, si Karim était populaire à 40 %, il l’a propulsé à 80 %. Des sondages disent que le second tour sera entre Macky Sall et Karim », déclarait Wade le 24 avril dernier depuis le Maroc avant sa mémorable descente sur Dakar. Eh bien le père du célèbre détenu de la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss avait raison. S’il y avait élection aujourd’hui, ce serait le coude-à-coude entre Macky Sall (32,6 %) et Karim (18,9 %) même si en attendant le rendez-vous de 2017, entre les deux hommes, il y a les indécis (28,8 %). Wade –fils est loin devant Idrissa Seck (6,7 %).



Le sondage est à l’actif de Synchronix, une société sénégalaise à vocation internationale spécialisée entre autres dans les études de l’opinion et de sondage entre Dakar, Mbour, Thiès, Kaolack, Saint-Louis et Diourbel. Et le résultat est là : Si ces prochaines élections locales étaient la présidentielle, « il y aurait un coude-à-coude entre le successeur de Wade, Macky et le fils du premier, Karim.


Selon ledit sondage réalisé sur un échantillon de 900 personnes en âge de voter, l’actuel président serait plébiscité à 32, 6 %. Son poursuivant direct n’est autre que le plus célèbre détenu du Sénégal, Karim qui en récolterait 18, 9 %. Mais les élections du 29 juin prochain étant des locales, pour l’heure, entre les deux hommes, il y a un écart de 28, 8 % composé d’indécis. Aussi, en ce concerne les intentions de vote pour Karim, la traque des biens dits mal acquis est y pour beaucoup car pas moins de 41 % des votants estiment que Wade-fils devrait être tout simplement relaxé. Ce, d’autant plus expliquent-elles à Sinchronix, il ne semble y avoir aucune preuve à son encontre.


De même que selon le sondage, la frustration ambiante des Sénégalais qui semblent regretter leur choix du 25 mars 2012 en la personne du président Sall. Sur ce point, 61 % des sénégalais pensent que le successeur de Wade ne parviendra pas à tenir ses promesses électorales. Le chef de l’Etat donc prévenu. Ce, au moment où loin derrière le duo Macky-Karim, Idrissa Seck comptabilise 6, 7 %) des intentions de vote, le maire de Dakar, Khalifa Sall (4,8 %), Ousmane Tanor Dieng du Parti Socialiste (PS), (3,0 %), Moustapha Niasse de l’Alliance des Forces du Progrès (AFP), (1,2%), Wade-père, (1,8 %), le n°2 de l’AFP, Malick Gakou, (0,2 %), Pape Diop de Bokk Gis Gis (0,6 %), Cheikh Tidiane Gadio, Serigne Mansour Sy Djamil, Serigne Modou Kara (0,2 %), l’ancien premier ministre, Abdoul Mbaye et Ibrahima Fall de Taxaw Tem (0,1 %), selon « l’observateur ». 


Samedi 17 Mai 2014 - 11:03




1.Posté par Ndoye le 17/05/2014 15:42
Tout ceci n'est que machination. il faut aller aux élections pour vérifier ces propos orientés dans cette direction.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter