SAES: "Nous allons au-devant de graves difficultés"



Conformément à notre constitution qui veut une rencontre entre les bureaux de sections et le Bureau national, une réunion a été convoquée ce samedi 1er février 2014 dans les locaux de l’École Polytechnique de Thiès (EPT). Il est vrai que le contexte actuel justifie amplement la convocation de cette instance puisque nous entamons la 1ère année des réformes de la CNAES, lesquelles réformes qui charrient tant de conflits et de violences de toutes parts et de toutes sortes.


Il faut regretter que la recommandation la plus importante a été, une fois de plus, piétinée par l’État qui tarde à mettre en place le Comité de suivi conformément à la Recommandation 17 de la CNAES validée par la directive présidentielle N°3. On ne semble pas comprendre que c’est là que gît le problème lorsqu’on veut réaliser des réformes en excluant les acteurs et les bénéficiaires. Dans les deux premières universités, nous en sommes encore à essayer de finir l’année académique 2012-2013 dans une atmosphère de violence sourde par ci et d’intimidation policière par là en attendant la suite des évènements.


Les nouveaux bacheliers ont été inscrits puis orientés en ligne, une grave violation de l’autonomie des universités. Dans quels locaux suivront-ils les enseignements ? Combien d’enseignants pour eux ? Quel budget pour les prendre convenablement en charge ? Nous allons, clairement, au-devant de graves difficultés ne serait-ce que concernant les budgets. Déjà, le salaire du mois de décembre 2013 s’est fait tant désirer à Dakar, Saint-Louis et Thiès pendant qu’il a été notifié à l’UGB que pas un seul franc de plus ne sera ajouté sur le budget 2014 malgré le doublement du nombre de bacheliers orientés. C’est cette tendance qui semble être le choix des autorités.


Après de larges et profonds échanges la Conférence Nationale des Sections demande aux camarades:
-       de s’en tenir strictement à leur charge horaire statutaire (pas d’heures complémentaires) ;
-       de respecter strictement la loi 81-59.

La Conférence Nationale des Sections demande à l’État ;
-       des budgets couvrant les 12 mois de salaire, sécurisant l’ensemble des sommes dues et tenant compte du nombre de bacheliers qu’il a lui-même orientés en faisant fi des décisions des instances académiques idoines.


Conférence Nationale des Sections demande au Recteur de l’UCAD de demander, immédiatement, le retour des policiers dans leurs casernes. Le Recteur de l’UCAD viole, délibérément, les franchises universitaires et piétine l’autonomie des instances académiques en se permettant même de dire comment faire les évaluations et quelles sont les notes éliminatoires et autres. C’est vrai que quand l’exemple vient d’en haut, il est tentant de le reproduire…

Fait à Thiès le 1er Février 2014

Pour la Conférence Nationale des Sections



Mercredi 5 Février 2014 - 11:58




1.Posté par malijet le 05/02/2014 16:13
Vos craintes sont justifiés.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter