SINDIA : Les gros bonnets s’arrachent les terres des paysans

De gros bonnets de la République, mais surtout les chefs d’entreprises et des spéculateurs de tout acabit, ont fait main basse sur les terres qui étaient destinés jusque-là à l’agriculture et à l’élevage. Et, à ce rythme, c’est le fondement de toute activité économique et sociale et l’écosystème naturel de la zone qui est remis en cause.



SINDIA : Les gros bonnets s’arrachent les terres des paysans
Stop à la spéculation foncière à Sindia, c’est le cri de cœur des populations de cette localité située dans le département de Mbour. A Sindia les populations voient chaque jour leurs terres de culture et d’élevage  se rétrécir comme peau de chagrin. 

La faute en est la spéculation foncière orchestrée  par des hommes d’affaires, barrons de l’industrie et des personnalités politiques. De Bara Tall,  à Idrissa Seck en passant par Babacar Ngom et le promoteur Yérim Sow, la liste est loin d’être exhaustive. Même l’international Ivoirien Didier Drogba s’est octroyé plusieurs hectares de terres à hauteur du village de Sorohk Khassap.

Cette ruée sur les terres de culture et d’élevage est aggravée par le passage de l’autoroute qui va rallier Mbour via l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD). Dans cette razzia foncière en cours à Sindia, les responsabilités sont partagées  entre les populations locales et le Conseil municipal. De l’avis du Docteur Mame Cheikh  Ngom géographe «Les conditions de cession ne sont pas toujours les mêmes. Parfois, ce sont les populations qui le font avec l’aide des conseillers-courtiers. Même si le conseil  municipal est comptable de ces faits. Les populations vivent aujourd’hui dans la peur de se retrouver, du jour au lendemain étrangers  chez elles, sans terres de culture, d’élevage, et d’habitation. Puisqu’elles sont souvent obligées de brader leurs terres pour faire face à la pauvreté galopante ».

Khadim FALL

Jeudi 17 Septembre 2015 - 08:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter