Saccage du siège du Ps : Bamba Fall aux portes de Rebeuss

Bamba Fall et Cie ont été arrêtés hier, à la suite de leur convocation par la police dans l’affaire du saccage du siège du Parti socialiste (Ps) le 4 mars 2016. Le maire de la Médina encourt une lourde peine avec les accusations qui pèsent sur sa tête, réduisant du coup le cercle des lieutenants de Khalifa Sall, l’édile de Dakar, qui est en guerre ouverte contre Ousmane Tanor Dieng, le secrétaire général de leur parti.



Saccage du siège du Ps : Bamba Fall aux portes de Rebeuss
Ils sont neufs socialistes à être mis aux arrêts hier, suite à leur face-à-face avec la Brigade des affaires générales  (Bag) de la Division des investigations criminelles (Dic) dans le cadre du saccage de la maison du Parti socialiste sise à Colobane.

Ces personnes qui ont passé la nuit d’hier au Commissariat central sont réputées être des proches du maire de Dakar Khalifa Sall.

Tout est parti de la défiance des jeunes militants du Ps qui s’opposaient au vote du Oui lors du référendum. Profitant de la réunion de la direction socialiste à leur siège, ces jeunes se sont présentés avec des pierres et autres, suscitant l’intervention des forces de l’ordre qui ont usé de grenades lacrymogènes pour pouvoir évacuer les responsables socialistes.

L’enquête confiée à la police a, grâce à des vidéos, permis d’identifié certains participants à ces rixes. Poursuivant leurs investigations, les limiers ont établi que cette attaque était l’œuvre d’une bande qui a savamment muri son modus operendi. Et pour affuter leur stratégie, elle s’est réunie la veille du saccage à la Piscine olympique.

Et Bamba Fall, le maire de la Médina, indexé pour être au centre de cette attaque est aujourd’hui plus proche de rallier Rebeuss que de retrouver la liberté au vu des accusations qui pèsent sur lui et ses co-accusés. En effets, ils encourent une lourde peine avec comme chefs d’accusation : tentative d'assassinat,  violence et voies de faits, destruction de biens appartenant à autrui, injures publiques et menaces de mort. 

Ousmane Demba Kane

Jeudi 5 Janvier 2017 - 08:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter