Sahara occidental: Mohammed VI affirme que «le Maroc refuse de recevoir des leçons»

Le Maroc a commémoré mercredi 6 novembre, le 38ème anniversaire de la « Marche verte » de 1975, lorsque le roi Hassan II avait mobilisé ses partisans pour marcher sur l'ancienne colonie espagnole du Sahara occidental. Son fils, le roi Mohammed VI, a prononcé à cette occasion un discours sur cette région du sud revendiquée par les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par l'Algérie, et que le Maroc considère être son prolongement africain. Beaucoup craignaient que ce discours n'aggrave encore les tensions entre les deux pays voisins, qui ont récemment traversé une crise diplomatique.



Cérémonie du 38ème anniversaire de la « Marche verte » de 1975, 6/11/13, Maroc. REUTERS/Youssef Boudlal
Cérémonie du 38ème anniversaire de la « Marche verte » de 1975, 6/11/13, Maroc. REUTERS/Youssef Boudlal

Ce fut une réponse ferme aux critiques adressées au Maroc sur la question du Sahara occidental. Telle était donc la teneur du discours télévisé très attendu, d'une vingtaine de minutes, prononcé solennellement mercredi soir par le roi Mohammed VI.

Une réponse, d'abord, aux exigences de surveillance des droits de l'homme dans la région formulée la semaine dernière par le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Une réponse ensuite aux rapports critiques des ONG internationales, mais aussi de la diplomatie américaine, dont le chef John Kerry est attendu à Rabat la semaine prochaine.

Le chef de l'Etat marocain a imputé les dénonciations des violations des droits de l'homme à des « rapports erronés », « mal intentionnés » ou à la généralisation de « cas isolés ». Mais aussi à des manoeuvres de corruption de la part de ceux qu'il qualifie d'« adversaires » sans jamais les nommer — mais derrière lesquels tout le monde entend le nom du voisin et rival, le gouvernement algérien.

Réitérant sa proposition de large autonomie pour le Sahara occidental, Mohammed VI a insisté : le Maroc « refuse, a-t-il dit, de recevoir des leçons » — surtout, a-t-il souligné à l'adresse de l'Algérie, « de la part de ceux qui bafouent systématiquement les droits de l'homme ».

Source : Rfi.fr
 


Dépéche

Jeudi 7 Novembre 2013 - 12:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter