Saisie des biens de Karim Wade: L’Etat traque 10 milliards dans 15 banques

L’agent judiciaire de l'Etat traque 10 milliards de Karim dans 15 banques au Sénégal. L’ancien ministre d’Etat ne détenait que deux comptes à la CBAO et à la SGBS, où il est débiteur de plusieurs millions de F CFA. Une procédure attaquée devant le juge des référés par les conseils du fils de l’ancien Président, Abdoulaye Wade.



L’Etat du Sénégal est décidé à recouvrer les intérêts civils de 10 milliards de F CFA que lui doit l’ancien ministre d’Etat Karim Wade, après sa condamnation à 6 ans de prison ferme pour enrichissement illicite par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Et pour exécuter cette décision de justice  de justice, l’Etat du Sénégal, représenté par l’Agent judiciaire de l’Etat, a commis les services de Maître Elisabeth Tine, huissier de Justice du cabinet Scp Maîtres Tine-Kamate, pour récupérer ces précieux sous. Ainsi donc 15 banques de la place ont reçu une saisie attribution de créances.

Mais l’Etat du Sénégal n’a pas pu mettre la main sur le moindre franc dans les 15 établissements bancaires visés. En revanche, la Sgbs révèle que : « le compte n°0400210649/1 clôturé le 23/12/2006 ; le compte n°0400210851/3, débiteur de 231 531 989 F CFA, sauf erreur ou omission ».

La Cbao Groupe Attijariwafa Bank abonde dans le même sens : « compte n°0120120133201522, débiteur de 602 000 F CFA, sous réserve des opérations en cours, sauf erreur ou omission ». Les autres Banques ont toutes déclaré que Karim Wade ne dispose pas de compte dans leurs livres, sauf erreur ou omission.

Même s’il est vrai qu’aucune somme d’argent n’a été récupérée dans les comptes bancaires de Karim Wade à la Sgbs et à la Cbao, les conseils de Karim Wade ont assigné  devant le juge des référés pour  dénoncer la nullité de la procédure de saisie pratiquée, en se fondant sur l’article  157 alinéa 3 de l’Aupsrc.

Une affaire que le tribunal de grande instance de Dakar statuant en matière de référés, va bientôt enrôler pour jugement, livre « L’Observateur ». 


Jeudi 11 Février 2016 - 08:37




1.Posté par Leuk le 12/02/2016 10:19
Traque des Biens mal acquis, Renversement de la charge de la preuve ....

En toute logique, il faudrait d'abord mettre la main sur un ou des Biens pour en demander l'origine.
Mais dans le cas Karim Wade, on a mis la charrue alors qu'il n'y a de bœufs en vue.
Tout était fondé sur la base de calomnie et d'un besoin de diabolisation, et étayé par avis d'experts malhonnêtes : Compte de Singapour, Dubaï Port World Senegal qui appartiendraient à Karim Wade.

Quand on traque le Ministre du Ciel et la Terre, on doit être en mesure d'indexer au moins une "petite étoile" en son nom. Mais nada !

La seule chose réussie jusqu'à là dans cette Traque, c'est d'avoir engraissé quelques experts et avocats dits de l'Etat.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter