Saisie des biens de Karim Wade : Ses avocats parlent d’un mensonge d’Etat

Les conseils de Karim Wade ont démenti les informations de l’Agent judiciaire et les avocats de l’Etat à propos de la saisie de ses biens estimés à une valeur de 27 millions d’euros. Mr Ciré Clédor Ly et ses camarades exigent la libération de leur client. Ils ont fait cette déclaration lors de leur conférence de presse tenue à Paris.



Réponse du berger à la bergère. Après  l’annonce de la saisie des biens de Karim Wade estimés  à 27 millions d’euros, les avocats de ce dernier ont démenti de telles informations. « Comme l’avait fait  la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) pour motiver la condamnation de Karim Wade, les représentants de l’Etat tentent de faire croire à l’opposition que celui-ci serait le propriétaire des biens qui, en réalité appartiennent à d’autres personnes qui se trouvent  ainsi scandaleusement dépossédés », ont-t-ils déclaré.

Avant de préciser : « Seules deux maisons du Président  Abdoulaye  Wade à Dakar et  dont la propriété a été arbitrairement imputée à Karim Wade (400 millions de francs CFA, soit 188 mille euros) ont été frauduleusement soustraits ont été frauduleusement soustraites à la famille Wade par l’Etat de Sénégal, qui s’apprête à les revendre. »

Mieux,  Mr Ciré Clédor et ses camarades renseignent que « Les 6 appartements et la société AHS de  Bibo Bourgi, une société ABS appartenant à Alioune Samba Diassé ont été de même frauduleusement nationalisés par l’Etat du Sénégal ». A les croire Bibo Bourgi traine actuellement l’Etat du Sénégal devant le tribunal arbitral de la banque Mondiale pour revendiquer ses Biens ainsi que des dommages et intérêts.

De même les avocats du fils de l’ancien président de le République du Sénégal ont indiqué que : «  les réponses monégasques,  françaises et luxembourgeoises aux commissions rogatoires internationales ont clairement établi qu’il n’y avait aucune relation financière, juridique ou économique entre M. Alioune Samba Diassé ».

Très en verve, ils soutiennent aussi que: «  les déclarations faites à la presse par les représentants de l’Etat du Sénégal  ne procèdent que d’un mensonge d’Etat, d’un complot et d’une machination récurrente depuis 3 ans et destinée à une manipulation de l’opposition et à discréditer leur candidat à la prochaine élection présidentielle, arbitrairement détenue par les autorités sénégalaises comme l’ont solennellement affirmé les Nations Unies. Celles-ci ont constaté que Karim Wade avait été condamné sans avoir pu bénéficier d’un procès équitable et ont demandé au Gouvernement du Sénégal de mettre fin à la détention».
 
 

Aminata Diouf(stagiaire)

Vendredi 11 Mars 2016 - 09:56



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter