Salif Sadio menace encore « Si l'Etat ne tient pas ses promesses...,nos bazookas sont ici »

Salif Sadio de nouveau dans la presse. Suite à sa sortie lors d'une interview avec l'Agence de presse Portugaise News Networks (PNN), il s'est ouvert, la semaine dernière au service Lusophone de la Voice of America (VOA).



Le chef rebelle du Mouvement des forces démocratique de Casamance (MFDC), fidèle à sa réputation n'a pas manqué de rappeler que la paix en Casamance ne pourra s'obtenir sans lui et ses hommes. Un message envoyé dans un cocktail de piques et de menaces dirigées à l'endroit de l'Etat du Sénégal, des autres factions du MFDC et de la Guinée- Bissau, écrit l' « Enquête ».
Ainsi sur les négociations en cours en Rome, sous les auspices de la Communauté Saint'Egidio, entre sa faction et le gouvernement du Sénégal, Salif Sadio reconnaît d'abord la volonté des deux parties et salue les efforts des médiateurs. « Avec la volonté exprimée par Dakar à entamer des négociations avec nous à Rome, par le biais de la médiation de la communauté Sant'Egidio, nous avons décidé de déclarer et d'observer un trêve unilatérale afin de donner une ouverture et d'établir la confiance dans les négociations » à-t-il déclaré.
Comme pour exprimer des doutes sur la volonté réelle de l'Etat du Sénégal à continuer de dialoguer avec lui, Salif Sadio, menace : « Nous attendons cependant de voir si le Sénégal continuera d'honorer ses engagements dans les négociations, sinon nos bazookas sont ici ». En attendant de savoir de quels engagements Salif Sadio fait allusion, on peut rappeler que le chef rebelle a toujours flairé la main du Sénégal dans les supposés complots et trahisons, réels ou faux, ayant jalonné son parcours de chef de guerre.
Toutefois, le chef de guerre radical du MFDC d'informé que « Toutes négociations qui se déroulent dans des bureaux autres que ceux de la médiation de la communauté Saint'Egidio ne sauraient engager le MFDC et ne sont donc rien de plus que du bluff ».

Lamba Ka

Mardi 13 Janvier 2015 - 11:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter