Sans Benzema, 'Ronaldo n’y arrive pas'

Moins brillant que la saison passée, Cristiano Ronaldo souffre de l’absence de Karim Benzema ces dernières semaines. Sonny Anderson, le consultant de beIN Sports, évoque le rendement du Portugais avant le Clasico entre le Real et Barça, samedi (18h15).



Sans Benzema, 'Ronaldo n’y arrive pas'

"Ce ne sera pas le meilleur Clasico de tous les temps", nous prévient d'emblée Sonny Anderson. C’est vrai, le monde du football piétine d’impatience avant la première confrontation cette saison entre le FC Barcelone et le Real Madrid, samedi à Santiago-Bernabéu, mais les nombreuses incertitudes, qui pèsent sur les deux effectifs, risquent de limiter le spectacle. Si Lionel Messi devrait effectuer son retour côté catalan et que Gareth Bale est à "100%" dans le camp d’en face, l’état physique douteux de Karim Benzema inquiète les Merengues.

 

L’absence de l’international français depuis un mois et demi a rappelé l’importance du joueur dans le rendement de son équipe. "Cristiano est en forme quand Karim est là. Il a du mal en son absence, il manque de repères", affirme tout simplement le consultant brésilien de beIN Sports. Certes, "CR7" tient la cadence qu’il s’est imposée depuis plusieurs années, dans l’espoir de faire aussi bien que sa précédente saison record (61 buts). Le bilan en cours (13 réalisations en 15 rencontres toutes compétitions) est néanmoins biaisé par un quadruplé contre l’Espaynol. Et son mutisme contre l’Atlético (1-1) et face au PSG (0-0 et 1-0) s'avère symptomatique.

"Dos au but, ça ne lui correspond pas"

Ronaldo n’aborde pas ce Clasico dans les meilleures conditions. De nouveau numéro 9 ou ailier gauche ? Il l'ignore lui-même… "En pointe, Ronaldo est obligé de changer son jeu, analyse l'ancien buteur de l'OL passé par le Barça. Il est quasiment tout seul, avec des Jesé et Isco, qui prennent du temps pour venir combiner avec lui. Dans le jeu du Real, l’attaquant doit rester devant, attendre le ballon dans la surface ou servir de point d’appui. Ronaldo n’y arrive pas lorsqu’il est dos au but. Ça ne lui correspond pas. Il préfère évidemment partir depuis la gauche avec le jeu devant lui".

Et puis, il y a cette rivalité avec "La Pulga", mise entre parenthèses cet automne par la force des choses. "Que ce soit pour le Ballon d’Or, le Pichichi ou les records en Ligue des champions, leur bataille à distance les motive", justifie ainsi Sonny, avant d’évoquer l’éternel débat concernant le titre de meilleur joueur du monde: "Ce sont des joueurs sans défaut et différents. Il est assez difficile de les départager, mais ils partagent la même ambition, ils n’acceptent pas l’échec. Ils sont vraiment sur une autre planète et c’est dommage pour les autres joueurs de cette génération, comme Neymar". Samedi, le jeune Brésilien pourrait pourtant bel et bien être la tête d’affiche de ce nouveau Clasico.
source:sports.fr


Dior Niang

Samedi 21 Novembre 2015 - 10:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter