Santé et énergie : Le Sénégal et la Banque mondiale renforcent leur axe de coopération

La banque mondiale vient d’octroyer un important financement destiné au secteur de la santé et de l’énergie. L’enveloppe estimée à plusieurs centaines de millions de dollars vise à accompagner les efforts de notre pays pour améliorer substantiellement ces secteurs.



La santé et l’énergie sont élevées au rang de priorité par le gouvernement du Sénégal et ce financement de la Banque mondiale va permettre de booster les importants efforts consentis par l’Etat du Sénégal. C’est pourquoi la BM a décidé d’apporter son soutien notre pays,  « En effet, dans un pays où les salutations entre les gens tournent d’abord sur l’état de la santé avec la question « Naka sa yarame ?», nous sommes convaincus de l’accueil favorable qui sera fait au Projet Régional d'Amélioration des Systèmes de Surveillance des Maladies en Afrique de l'Ouest (REDISSE, selon son sigle en anglais). Si les frontières existent, nous savons tous qu’elles ne résistent pas aux virus vecteurs de maladies. L’histoire récente de la sous-région l’a amplement démontré avec Ebola. C’est pour cette raison que ce projet été  approuvé par le Conseil d’Administration de la Banque Mondiale le 28 juin 2016 pour accompagner le Sénégal dans le renforcement de ces capacités intersectorielles nationales et régionales pour assurer une meilleure collaboration en matière de surveillance des maladies et de préparation aux épidémies en Afrique de l’Ouest, a déclaré Madame Louise Cord

Je tiens par ailleurs à souligner ici l’important travail des différents départements ministériels impliqués dans  la préparation du REDISSE  et leur étroite collaboration. En effet, s’appuyant sur l’approche « Une seule santé » adoptée par le Sénégal, le REDISSE sera mis en œuvre par le Ministère de la Santé et de l'Action Sociale (MSAS), avec le Ministère de l'Élevage et de la Production Animale (MEPA), le Ministère de l'Agriculture et de l'Équipement Rural (MAER) et le Ministère de l'Environnement et du Développement Durable (MEDD). D'autres ministères (tels le Ministère des Forces Armées et le Ministère de l'Intérieur et de la Sécurité Publique) faciliteront aussi sa mise en œuvre.
 
Selon, Louise Cord le Sénégal en instaurant l’approche « One Health/Une Seule Santé » qui vise à renforcer les liens entre santé humaine, santé animale et gestion de l’environnement, et en mettant en place le Programme multisectoriel de sécurité sanitaire mondiale, le Gouvernement du Sénégal s’illustre ainsi par son engagement et sa volonté d’assurer un leadership sous-régional dans la surveillance épidémiologique et la gestion des risques sanitaires.
 
Le Groupe de la Banque mondiale se réjouit par conséquent de pouvoir contribuer à la réalisation de cette ambition à travers ce projet régional REDISSE dont le financement global est de 110 millions de dollars, dont 30 millions de dollars en faveur du Sénégal. En effet, ce projet comprend également la Guinée et la Sierra Leone qui sont des pays  extrêmement vulnérables et qui ont été  fortement touchés par la crise Ebola, en attendant de l’étendre, éventuellement, à l'ensemble des 15 pays membres de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
 
Ainsi compte tenu de l’importance de renforcer la coordination régionale pour la surveillance des maladies, l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS) recevra aussi un financement  de 24 millions de dollars, soit 20 millions de dollars de l’IDA et 4 millions de dollars du Canada, afin d’améliorer les infrastructures de veille sanitaire, le partage d’informations et la collaboration internationale dans les pays de la CEDEAO, avec une approche multisectorielle couvrant les domaines de la santé, de l’agriculture et de l’environnement.

Une récente analyse de la Banque mondiale (BM) estime qu’une pandémie d’une ampleur aussi grave que la grippe espagnole de 1918 pourrait coûter jusqu’à 5 % du PIB mondial, c’est-à-dire près de 4 000 milliards de dollars. Et l’Afrique de l’Ouest est particulièrement vulnérable puisque l'OMS a établi que, sur 55 flambées de maladies signalées en Afrique au cours de la dernière décennie, 42 ont eu lieu en Afrique de l'Ouest.

D'ailleurs selon elle "Ce contexte illustre bien toute l’importance qu’il y a de renforcer les systèmes nationaux de veille épidémiologique mais aussi d’accroître la collaboration entre États pour être en mesure de détecter les premiers signaux d’apparition d’une épidémie de maladie transmissible et d’y répondre avant qu’elle ne se propage à d’autres pays et ne conduise à des milliers de décès et une paralysie économique.
 
La santé et l’économie peuvent aussi être sérieusement affectées par le déficit énergétique. C’est la raison pour laquelle nous appuyons le Sénégal dans ce secteur avec le second accord qui est un financement additionnel 70 millions de dollars pour le Projet d’Appui au Secteur de l’Electricité du Sénégal (PASE).
 
A en croire la Directrice des Opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal Madame Louise Cord  «Ce financement approuvé le 28 juillet dernier par notre Conseil d’administration, porte à 155 millions de dollars notre appui en cours dans secteur. Mieux, ce financement a eu un effet levier puisque le Sénégal a pu attirer le Banque Européenne d’investissement qui prévoit d’injecter 94 millions de dollars dans le PASE avant la fin 2016 de l’année. Ainsi, si on y ajoute la contribution du budget national, le PASE aura un fonds global de 256,5 millions de dollars pour atteindre ses objectifs.
 
Cependant, au-delà de ces montants, notre institution veut marquer son soutien au PSE qui fait de la qualité du service d’électricité une condition sine qua non de sa réussite. Il me plait de rappeler que la SENELEC a déjà élaboré un plan d'action prioritaire 2016-2018 de 170 millions de dollars qui identifie les investissements nécessaires pour améliorer de façon significative la qualité de ses prestations en direction des ménages et des entreprises. D’ailleurs, nous nous réjouissions de la célérité du gouvernement sénégalais qui a décidé de consacrer 20 milliards de francs CFA à ce plan dès sa première année d’exécution. Nous exhortons le gouvernement à continuer à soutenir la SENELEC, notamment pour la mise en œuvre effective des réformes nécessaires pour améliorer sa viabilité financière à long terme, diversifier son mix énergétique et d'améliorer sa gouvernance.

Et, compte tenu de l’engagement du Gouvernement du Sénégal, nous sommes très optimistes quant à l’atteinte des résultats de ces deux projet qui permettront, à terme, pour le REDISSE de contribuer à réduire le fardeau que représentent les maladies au sein des populations pauvres et vulnérables en particulier et, pour le PASE, à réduire les pertes techniques et commerciales de la SENELEC et améliorer la fiabilité des services d’électricité.
 
Enfin, je voudrais vous réitérer au nom du Groupe de la Banque Mondiale notre engagement à poursuivre la collaboration dans ces deux secteurs tout en continuant notre partenariat pour la mise en œuvre réussie du Plan Sénégal Emergent.
 

Prenant son excellence l'Ambassadeur Babacar Diagne a salué la coopération entre le Groupe de la banque Mondiale avec le Sénégal. Il est également revenu sur l'histoire récente avec le rôle primordial joué par le Sénégal dans la crise Ebola en partenariat avec les Etats Unis. "Si cela a été possible" a dit M. Diagne c'est grâce à l'excellence de notre plateau médical. "Et aujourd’hui la Banque Mondiale vient renforcer le Sénégal pour qu'il assure davantage et mieux ses responsabilités sous régionales».
M. Diagne a salué l'accompagnement du Groupe de la Banque Mondiale dans le processus de réforme du secteur de l’énergie.

Pour finir, l'Ambassadeur a rappelé le volume de la coopération avec le Groupe dans différents secteurs et il a particulièrement exprimé les remerciements du Président Macky Sall, du Premier ministre et du Ministre des Finances, du Premier Ministre du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan à Mme Louise Cord, et ses collaborateurs, la Banque Mondiale.
 

Khadim FALL

Vendredi 2 Septembre 2016 - 12:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter