Secrétaire général du SAES, Seydi Ababacar Ndiaye revient sur les incidents de vendredi



Secrétaire général du SAES, Seydi Ababacar Ndiaye revient sur les incidents de vendredi
Secrétaire général du SAES est «persuadé qu’un étudiant ne peut pas jeter de façon intentionnelle une pierre en direction du Président de la République ». « Je n’y crois pas », scande Seydi Ababacar Ndiaye. Selon lui, «la faute revient aux responsables du Centre des Œuvres Universitaires de Dakar (COUD) ». «Ce sont eux qui ont politisé », accuse le professeur. Ce, d’autant plus que sert le secrétaire général du SAES : «Le président de la République a procédé à la pose de la première dans le campus social, il y avait des étudiants. J’en ai même vu un qui qui fait partie du groupe en master 1 qui ont barré la route quelques jours avant. Il était là tranquillement. Vous n’avez pas entendu de problème. Ensuite le président est parti à la Faculté de Sciences, il n’y a pas eu de problème. Pourquoi, il s’est passé cela au portail séparant le campus dit social à celui pédagogique parce que cela a été politisé pour dire vrai ».
 

« Il faut dire les choses telles qu’elles, j’assume mes responsabilités. J’étais avec Cheikhou Sylla, Secrétaire général de la section supérieur du SUDES, qui peut témoigner », poursuit Seydi Ababacar Ndiaye. Le syndicaliste de préciser dans « Enquête » que la présence du « ministre de tutelle (Mari Teuw Niane) qui n’est pas non plus un ami des étudiants », n’a rien arrangé. 


Mercredi 5 Août 2015 - 11:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter