Sénégal Airlines : les turbulences persistent, sans solution pérenne



Sénégal Airlines : les turbulences persistent, sans solution pérenne
Le personnel de la compagnie Senegal Airlines a tenu le 21 octobre 2014, une Assemblée Générale pour décrier la situation déplorable dans laquelle se trouve cette compagnie nationale. De plus, il serait inconcevable aujourd'hui d'ouvrir un aéroport d'envergure tel que l'AIBD sans une compagnie nationale forte.

En effet, le Personnel de la compagnie Sénégal Airlines vit depuis 2 ans une situation catastrophique relative à ses conditions de travail : Retard dans le paiement des salaires, Suppression de la couverture médicale, difficultés dans la gestion quotidienne de l'exploitation etc. Seule une volonté politique urgente et forte émanant de la plus haute autorité permettra de restructurer d'une façon pérenne notre pavillon national.

Selon le personnel, la disparition de cette compagnie entrainerait des conséquences néfastes telles que la perte de 250 Employés au chômage et la baisse de l'activité de la plateforme aéroportuaire jusqu'à 30%. Le secteur aérien sénégalais ayant déjà beaucoup souffert de la fermeture d'Air Afrique et d'Air Sénégal International, ajouter celle d'une autre compagnie à ce palmarès morose serait catastrophique pour le gouvernement du Sénégal. De plus, il serait inconcevable aujourd'hui d'ouvrir un aéroport d'envergure tel que l'AIBD sans une compagnie nationale forte.

Le Personnel de SENEGAL Airlines sollicite ainsi auprès du Président de la République, des actions énergiques et immédiates pour sauver la compagnie en effet les perfusions ponctuelles ne font que retarder l'échéance, mais ne règlent pas de façon pérenne une situation nécessitant une restructuration profonde. Il s'érige par ailleurs, contre le comportement antipatriotique de certaines personnes qui, de l'extérieur, et même de l'intérieur, bloquent à des fins personnelles, les actions entreprises pour sauver Sénégal Airlines.

Le personnel de la compagnie a aussi insisté sur l'urgence de rencontrer les autorités de tutelle pour que des actions urgentes et immédiates soient entreprises pour le paiement des 3 mois d'arriérés de salaire, la reprise de la couverture médicale, la continuité de l'exploitation.

Ndeye Diakhou BA

Mercredi 22 Octobre 2014 - 13:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter