Sénégal: Aminata Touré, une «Dame de fer» chargée de remonter la côte de Macky Sall

Au lendemain de la nomination d’Aminata Touré au poste de Premier ministre, la composition du nouveau gouvernement a été rendue publique. Il compte 32 membres. A sa tête, Aminata Touré, deuxième femme Premier ministre du Sénégal, qui fut notamment experte aux Nations unies. Dans le gouvernement précédent, elle détenait le portefeuille de la Justice. Cette « Dame de fer » anticorruption, très politique, succède à Abdoul Mbaye, qui n’a visiblement pas réussi à convaincre les Sénégalais, en un an et demi de mandat.



Sénégal: Aminata Touré, une «Dame de fer» chargée de remonter la côte de Macky Sall

La composition du nouveau gouvernement sénégalais a été rendue publique ce lundi 2 septembre, un peu avant 19 h 30 TU. Il compte 32 membres. 

Augustin Tine reste à la Défense, comme Awa Marie Coll Seck à la Santé et Mankeur Ndiaye aux Affaires étrangères. L’ancien journaliste Abdou Latif Koulibaly est toujours ministre de la Bonne gouvernance et porte-parole du gouvernement.

Papa Abdoulaye Seck, un expert dans le domaine du riz, prend le secteur clé de l’Agriculture.

Le général Pathé Seck est limogé, une conséquence vraisemblablement du scandale de la drogue au sein de la police. Abdoulaye Daouda Diallo, devient ministre de l’Intérieur.

Autre sortant, Youssou Ndour, le célèbre chanteur, ministre du Tourisme et des Loisirs qui a fait danser Barack Obama en visite à Dakar, retrouve non pas sa liberté de parler, mais sa liberté de chanter. Il était très critiqué par les hôteliers sénégalais.

Du changement aussi à l’Ecologie : Haydar el-Ali, cède la place à Mor Ngom, jusque-là directeur du cabinet du président Macky Sall, qui prend le secteur de la Pêche.

Enfin, une nomination particulièrement attendue, celle du défenseur des droits de l’homme Sidiki Kaba, président d’honneur de la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) qui prend la succession d’Aminata Touré au ministère de la Justice.

Ce nouveau gouvernement doit donner un nouvel élan à l’action de Macky Sall, alors que certains lui reprochent, justement, le non-respect des promesses électorales, un certain immobilisme et le manque de lisibilité de sa politique. Certains reprochent également à Macky Sall de ne pas avoir grand-chose à faire valoir dans son bilan.
 

Abdoul Mbaye, banquier trop policé

Abdoul Mbaye a essuyé de nombreuses critiques ces derniers mois. Ses détracteurs lui ont reproché son arrogance, son côté trop policé, pas assez politique, pas assez engage. Il a été l’auteur de quelques déclarations malheureuses, aussi.

Surtout, au moment où le pays se lance dans le procès de l’ancien président tchadien Hissène Habré, il était difficile de garder un homme qui avait reconnu avoir été l’un des banquiers de Hissène Habré dans les années 1990. On savait donc Abdoul Mbaye partant. La seule inconnue était plutôt le moment de son départ. Le président Macky Sall choisit donc la rentrée pour donner cette nouvelle impulsion.

Aminata Touré, Dame de fer engagée

Au contraire, Aminata Touré, membre de l’APR, est avant tout une forte personnalité politique. Ministre de la Justice, elle s’est révélée être une véritable « Dame de fer » ou « Dame justice » dans la traque des biens mal acquis, au point que certains lui ont même reproché son manque de souplesse et son jusqu’au-boutisme.

Aminata Touré a commencé sa carrière politique à gauche, avec Landing Savané, une figure de la vie politique sénégalaise. En 1993, elle devient la première femme directrice de campagne au Sénégal. C’est dans le parti de Landing Savané qu’elle fera la connaissance de Macky Sall, à la fin des années 1990, en plein combat pour l’alternance.

Après un long passage au Fonds des Nations unies pour la population à New York, elle fait son retour à Dakar pour soutenir Macky Sall dans la coalition Macky 2012. C’est elle qui a dirigé sa campagne électorale, même si elle n’en avait pas formellement le titre.

C’est aussi une femme engagée. Mariée à Omar Sarr, l’actuel numéro 2 du PDS, le parti de l’ancien président Adboulaye Wade, elle a divorcé et, aujourd’hui, ne tolère aucune exception... Et Omar Sarr se retrouve dans la ligne de mire de la Cour de répression de l’enrichissement illicite.

« Mimi Touré », choyée par la presse sénégalaise

A 51 ans, elle quitte donc le ministère de la Justice pour diriger le gouvernement de Macky Sall, indiquer une direction claire et susciter l’adhésion des Sénégalais. C’est finalement ce qui a cruellement manqué à son prédécesseur, Abdoul Mbaye.

La nomination de « Mimi Touré » - comme l’a surnommée la presse sénégalaise – est particulièrement bien accueillie dans les journaux. A sa « une », le Populaire  souligne ainsi « le grand virage politique », tandis que l’Observateur écrit que « Le Touré joué ». L’Observateurqui précise qu’Aminata Touré hérite « d’un pays où tout est urgence » et juge qu’elle aura « fort à faire pour redonner confiance aux Sénégalais, déjà déçus par le régime de Macky Sall ». « Mimi Touré à la Prima-rupture », titre pour sa part Sud quotidien, qui lui souhaite un « bon vent ».
Source: RFI


Jean Louis DJIBA

Lundi 2 Septembre 2013 - 22:45



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter