Sénégal-Crise alimentaire : les paysans prennent leur destin en main.

Le secteur agricole du monde paysan est confronté à plusieurs difficultés. Le Conseil Nationale de Concertation et de Coopération des Ruraux (CNCR) qui l’a affirmé veut mettre en place une politique agricole durable en concertation avec les paysans. Pour ce faire, il a initié un atelier international de trois jours sur «la crise alimentaire et les stratégies paysannes pour la souveraineté alimentaire». Le CNCR a approuvé la Grande Offensive Agricole pour la Nourriture et l’Abondance (GOANA) lancée par le chef de l’Etat pour atteindre l’autosuffisance alimentaire, mais il a émis des réserves car c’est «une campagne à très court terme décidée sans concertation».



Samba Guéye Président CNCR
Samba Guéye Président CNCR
L’atelier international sur «la crise alimentaire et les stratégies paysannes pour la souveraineté alimentaire» s’est ouvert ce mercredi 21 janvier à Dakar. Organisé par le Conseil National de Concertation et de Coopération des Ruraux (CNCR), il vise à «cerner tous les problèmes liés à l’agriculture dans le monde et notamment au Sénégal pour promouvoir une agriculture saine et durable» a indiqué le président du CNCR Samba Guèye. C’est parce que, a-t-il expliqué, «nous avons constaté plusieurs difficultés dans le monde paysan. Ces problèmes sont liés à l’augmentation des prix, à la mauvaise récolte, au manque de moyens, de matériel agricole, d’intrants, de semence certifiée».

La GOANA initiée par le chef de l’Etat et lancée en avril 2008, pour atteindre l’autosuffisance alimentaire ne peut pas régler le problème de l’avis du président du CNCR. «Tout n’est pas négatif dans la GOANA car il a permis au sénégalais de retourner à la terre. Elle s’est caractérisée par un rush, vers la terre, de personnes qui dans le passé n’avaient rien à voir avec l’agriculture. Elle a été lancée sans aucune concertation. Beaucoup de voix, sauf celles des paysans, se sont faites entendre sur la crise alimentaire» s’est offusqué Samba Guèye. Au cours de la rencontre, le CNCR a estimé que les autorités de l’Etat, malgré les engagements pris dans le cadre de la loi d’orientation agro-sylvo-pastorale votée en 2004, n’ont pas jugé utile de se concerter avec les principaux acteurs que sont les organisations agricoles.

L’autre imperfection de la GOANA notée par le CNCR est le fait qu’elle soit initiée uniquement pour la campagne 2008/2009. «Chaque année quand la campagne approche, nous (Sénégal) essayons de mettre en place une campagne pour l’agriculture. Je pense que nous devons avoir une politique agricole dans la durabilité comme le font les pays développés tels que l’Europe où il y a des politiques durables de dix à vingt ans. Il faut qu’on puisse échanger davantage avec les autorités pour bâtir ensemble une vraie politique agricole» a estimé le président du CNCR.

Abordant la commercialisation des produits agricoles, le président du CNCR a fait savoir que c’est le principal problème des agriculteurs à cause de l’absence d’une véritable politique agricole. «Il faut avoir une commission qui travaille sur les prix, savoir les prix sur le marché mondial, mobiliser les fonds pour que le paysan puisse choisir le produit qu’il veut cultiver avant même la campagne agricole » a-t-il suggéré.

Ainsi, cet atelier de trois jours doit aboutir sur une définition d’une stratégie paysanne pour la souveraineté alimentaire. En amont, les participants vont échanger sur les causes de la crise alimentaire et les moyens pour prévenir ce type de fléau.

Awa DIEDHIOU

Mercredi 21 Janvier 2009 - 14:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter