Sénégal-Culture : les sociologues exigent une réparation de la France

La Convention des sociologues exige une réparation de la France. Elle estime que l’Administration coloniale française a fait beaucoup de torts à Chérif Ckeikh Hamahoullah. Il a été l’un des rares marabouts sénégalais à ne pas se liguer avec l’Administration coloniale française pour combattre les africains selon le sociologue et président de la Convention Hadiya Tandian. La Convention a commémoré cet homme qu’elle considère comme «une figure historique de l’Afrique, un héros du temps colonial», ce lundi 13 avril à la Maison de la Culture Douta Seck de Dakar.



Pr Hadiya Tandian, Président de la Convention des sociologues (photo: over-blog.com)
Pr Hadiya Tandian, Président de la Convention des sociologues (photo: over-blog.com)
Chérif Ckeikh Hamahoullah et les siens furent en permanence victimes de fausses nouvelles, de désinformation et de mesures arbitraires dans le seul but d’alimenter les rancœurs de l’autorité coloniale contre eux, de les exposer à des opérations de répression atroces et sanglantes ont fait savoir les «Hamalistes ». «Il a subi beaucoup de préjudices de la part de l’Administration coloniale française. On exige que la France répare les torts qu’elle a fait, ne ce reste moralement» a indiqué le président de la Convention des sociologues Hadiya Tandian.

«Le Chérif dérangeait du fait qu’il n’allait jamais vers l’Administration coloniale française s’il n’est pas convoqué alors que d'autres marabouts allaient vers elle tout le temps» ont soutenu ses admirateurs. Et le professeur Hadiya Tandian d'ajouter: "Il a été l’un des rares marabouts sénégalais à ne pas se liguer avec l’Administration coloniale française pour combattre les africains». Ckeikh Hamahoullah est né à l’an 1300 de l’Hégire (ou 1882/1883) au Mali. Il ne croyait qu'à Dieu et au prophète Mohamed (PSL)selon les "Hamalistes". La Convention des sociologues veut ressusciter la culture et la tradition à travers lui.


Awa DIEDHIOU

Lundi 13 Avril 2009 - 15:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter